Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

Le Festival de cinéma italien de Madrid célèbre ses 10 ans

Le Festival de cinéma italien de Madrid célèbre ses 10 ans  

La 10éme [ ... ]

Leer más...
Les Fleurs de Shanghai

Les Fleurs de Shanghai   Splendeurs er misères des courtisanes Chinoises film [ ... ]

Leer más...

Jérôme Salle: "Pour décoder Cousteau, il y a une clé : la curiosité"

 

Jérôme Salle ("Largo Winch", "Zulu") est le réalisateur de "Jacques" ("L´Odyssée"), biopic sur Jacques-Yves Cousteau, un très beau film, où on découvre la face cachée du grand héros des fonds marins. Le film, qui vient de sortir en Espagne, a été présenté par Jérôme Salle à L´Institut Français de Madrid. Il a parlé pour cinecritic.biz sur Cousteau, sur son film et sur sa carrière.

 

 

D´habitude vous tournez des films plus internationaux et de très grande production. Avec " L´Odyssée " vous avez fait un film français avec un personnage clé de la culture de l´Hexagone. Avez-vous trouvé beaucoup de différences entre les deux types de tournages ?
La vraie différence par rapport avec ce que j´avais fait avant, c´est que ce n´est pas un thriller et il n´y a pas de revolver. C´est vraie que les codes sont différents. Moi, c´était mon envie depuis longtemps. Est-ce que c´est plus difficile ? " L´Odyssée " est un film très compliqué parce que c´est un défi technique et un risque financier majeur du fait de tourner sous l´eau. C´est aussi un film d´époque avec des prothèses…Du coup, il y avait un vrai défi. C´était une assez longue bataille.

 

Que signifie Jacques-Yves Cousteau dans la culture française ? Et, que représente-t-il pour vous ?
J´ai démarré l´histoire quand j´ai parlé à mon fils de Cousteau et je me suis aperçu qu´il ne connaissait pas qui était Cousteau! Aujourd´hui, il y a toute une jeune génération qui ne sait pas qui est Cousteau. En lui expliquant qui était Cousteau et en lui racontant me souvenirs d´enfance de qui était Cousteau que je me suis intéressé à nouveau à cette histoire. Du coup, moi, comme les gens de ma génération, ça m´a marqué. Et, en plus, j´ai été élevé dans le Sud de la France. J´ai fait du bateau pendant mon enfance. Ces souvenirs étaient très forts pour moi. Maintenant, comme tout le monde, j´avais un souvenir qui était très iconique. Je ne savais sur Cousteau que ce qu´il avait voulu me dire. Par rapport à l´étranger, c´est intéressant parce qu´en France, Cousteau a une image contrastée. Sans doute, parce que ce culte du secret (si j´étais méchant, je dirais cette duplicité) a pu choquer certaines personnes. Sa mémoire n´a pas été entretenue de la manière la plus efficace par la Fondation Cousteau. Quand le film est sorti en France, il y avait des gens qui disaient que c´était un portrait à charge, très dur et d´autres disaient que Cousteau était bien pire et que j´avais fait un portrait angélique et naïf de lui. Donc, il y a quelque chose de très passionnel dans le regard des français sur Cousteau. Le regard est plus bienveillant et neutre à l´étranger. Il n´y a pas de dimension polémique à l´étranger.

 

Je suppose, alors, que beaucoup de français ont découvert grâce au film la vraie personnalité de Jacques Cousteau?
Bien sûr. Oui, sa dureté et tous les paradoxes du personnage. Mais, en même temps, c´est ce que je trouve intéressant. Je n´ai pas voulu en faire un portrait à charge mais je n´ai pas voulu non plus masquer qui il était. Je trouve que cet homme est intéressant et passionnant. De toute façon, tout est subjectif. C´est ma vision du personnage et oui, ça a beaucoup surpris les gens.

 

Le film a-t-il changé votre vision initiale sur Cousteau ?
Oui mais je suis passé par différentes phases. C´est un projet que j´ai développé pendant pas mal d´années. Des fois, le personnage m´a agacé et je me suis dit que je n´avais plus l´envie de le raconter parce qu´il y a des choses qui sont très dures chez ce personnage. Mais, pour moi, pour décoder Cousteau, il y a une clé qui explique tout. Il y a un mot : la curiosité. C´est le moteur de sa vie. Ça a des vraies vertus parce que c´est cette curiosité qui l´a poussé à découvrir ce monde sous-marin, à mettre au point des techniques pour pouvoir l´explorer. Mais, c´est aussi la curiosité qui faisait qu´il ne pouvait pas s´empêcher de séduire des femmes, de les conquérir…Pour moi, Cousteau c´est un enfant curieux, avec ce que peut avoir de frais, d´original parce qu´il pense comme un enfant, ce qui lui permet d´être très créatif et, en même temps, comme un enfant, seul importe sa curiosité et peu importe le mal qu´il peut faire autour de lui. Donc, il a un égoïsme extrêmement fort.

 

Avez-vous eu des difficultés, en faisant ce film, au niveau technique et avec la famille Cousteau?
Le tournage a été un défi technique. Et, en plus, je voulais être à la hauteur des films Cousteau qui avaient marqué mon enfance. Il fallait que le spectacle ait au rendez-vous. On a fait beaucoup d´essais, on a tous plongé (avec les requins) on est allé en Antarctique où on a été le premier film de fiction tourné là-bas…Après, sur la famille Cousteau, je dirais c´est compliqué. Au fait, il n´y a pas une famille Cousteau mais des familles Cousteau. Cousteau n´était pas toujours un formidable père de famille et ses défauts et les erreurs qu´il a commises, ses enfants et ses petits-enfants le payent encore aujourd´hui. Entre toutes ces familles, il n´y a pas toujours de bons rapports. Moi, j´ai rencontré tout le monde. La seconde femme de Cousteau est celle qui gère la Fondation Cousteau. Elle n´a pas eu envie de soutenir le film. Je n´ai pas insisté car je voulais garder ma liberté. J´ai fait la même chose avec tous les membres de la famille que j´ai rencontré. Je pense que si j´avais passé un accord avec la Fondation, j´aurais perdu cette liberté. Avec cette partie-là de la famille, les rapports ont été limités. Le reste de la famille, par exemple Jean-Michel (son fils), ils ont tous aimé le film. J´ai établi un lien d´amitié avec eux.

 

Comment s´est déroulé le travail avec Lambert Wilson ?
Une horreur ! (rires). Toujours en retard, il ne connaît pas son texte… (rires). Non, Lambert, c´est un plaisir. L´élégance résume ce qui est Lambert. Il a une grande élégance morale et physique. Il est très généreux et dans le travail, c´est un très bon camarade. C´est un acteur dont tous les réalisateurs rêvent.

 

Vous êtes scénariste (vous avez beaucoup travaillé avec Julien Rappeneau) et réalisateur. Ces deux activités sont-elles indissociables?
Oh ! Julien Rappeneau est mon meilleur ami. Je l´adore. Alors, au départ, ce qui me motive dans mon métier, c´est de raconter des histoires. J´ai un parcours un peu atypique : j´ai été photographe, directeur artistique. Je viens de l´image et après, je me suis mis dans le cinéma par le scénario. Aujourd´hui, j´adorerais réaliser une histoire que je n´aurais pas écrite mais c´est difficile à trouver. Je me considère comme un scénariste correct, sans plus. Mais, je me retrouve à écrire des scénarios parce que je n´ai pas de scénarios et ça va plus vite si je m´en occupe moi-même. Mais, actuellement, je suis en peu fatigué de mes défauts et de mes limites et c´est intéressant de s´ouvrir à d´autres univers. Du coup, oui, je pense que c´est dissociable. J´aime la dimension du travail collectif.

 

Que diriez-vous au public pour qu´il aille voir votre film ?
J´ai toujours du mal à répondre à cette question (rires). J´ai essayé de faire un film sur un voyage, un film sur un homme qui a fait de sa vie une aventure. Une aventure à travers le monde qui peut vous faire aimer cet univers. Chaque fois que je vois le film, j´ai envie d´aller plonger. C´est un voyage avec quelque chose qui nous touche tous. Ça parle d´une famille disfonctionnelle et au fond, toutes les familles le sont, plus ou moins. C´est quelque chose qui nous touche tous. Voilà, c´est ça ce que je dirais.

 

Carmen Pineda

Jérôme Salle

Jérôme Salle

 

 

 

 

 

 

 

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...
Paterson (3)

Paterson   Paterson (Adam Driver) est chauffeur de bus dans la petite ville  [ ... ]

Lire la suite...
L-inegalite entre les sexes dans Colette et dans The wife

L’inégalité entre les sexes dans Colette et dans The wife   Colette est  [ ... ]

Lire la suite...
Roma

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
Roma (2)

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne   L´amant double

La rentré [ ... ]

Lire la suite...
Sorties françaises à Madrid:

Sorties françaises à Madrid: Une vie de Stéphane Brizé et Le redoutable de Michel Haza [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid:

Nouvelles sorties françaises à Madrid: " Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch et " Lumière ! L´a [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam

Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam  

Fran [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Madrid:

Films français à Madrid: L´embarras du choix, Jeanette, l´enfance de Jeanne d´Arc et Mon garço [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »    [ ... ]

Lire la suite...
VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français

VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français   Kalinka

 [ ... ]

Lire la suite...
« Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» (« Custodia compartida »)

«Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» («Custodia compartida [ ... ]

Lire la suite...

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (4)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Quatrième Partie)   A bigger [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (5)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Cinquième partie)   Dan [ ... ]

Lire la suite...
Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels

Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels   Tower est un d [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews

Jérôme Salle

Jérôme Salle: "Pour décoder Cousteau, il y a une clé : la curiosité"  
Jér [ ... ]

Lire la suite.
Lambert Wilson

Lambert Wilson: "Cousteau fait partie d´une génération d´égoïstes après la guerre"  [ ... ]

Lire la suite.
Michel Hazanavicius

Michel Hazanavicius: " Aux français, je dirais que ce film est un morceau de leur histoire"  [ ... ]

Lire la suite.