Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

Les Fleurs de Shanghai

Les Fleurs de Shanghai   Splendeurs er misères des courtisanes Chinoises film [ ... ]

Leer más...

Une(S)+ Argentines et brésiliennes en état unique d’art   Tout le bâtim [ ... ]

Leer más...

Une(S)+

Argentines et brésiliennes en état unique d’art


 
   

Centre Culturel Oi Futuro
Rua Dois de Dezembro, 63 - Flamengo, Rio de Janeiro
Du 13 janvier au 28 mars 2021
Curatrices : Maria Arlete Mendes Gonçalves et Ileana Hochmann
https://oifuturo.org.br/reaberturacentrocultural

 

Par Adriana Schmorak

 

Tout le bâtiment du Centre Culturel Oi Futuro, dans le quartier de Flamengo, à Rio de Janeiro, est dédié à une exposition composée d’environ 80 œuvres de quinze artistes femmes d’Argentine et du Brésil. Produites à deux moments différents, avant et pendant la pandémie, les œuvres affirment la puissance féminine dans l’art.

 

Artistes participants : Fabiana Larrea (Puerto Tirol, Chaco, Argentine), Ileana Hochmann (Buenos Aires, Argentine), Marisol San Jorge (Córdoba, Argentine), Milagro Torreblanca (Santiago du Chili, Buenos Aires), Patricia Ackerman (Buenos Aires), Silvia Hilário (Buenos Aires), Ana Carolina Albernaz (Rio de Janeiro, Brésil), Bete Bullara (São Paulo, Brésil, Rio de Janeiro), Bia Junqueira (Rio de Janeiro), Carmen Luz (Rio de Janeiro), Denise Cathilina (Rio de Janeiro), Evany Cardoso (vit à Rio de Janeiro), Nina Alexandrisky (Rio de Janeiro), Regina de Paula (Curitiba, établie à Rio de Janeiro) et Tina Velho (Rio de Janeiro).

 

Performances: Carmen Luz et Silvia Hilario

 

Oi Futuro présente l’exposition Una(S)+, du 13 janvier au 28 mars 2021, avec près de 80 œuvres de 15 artistes femmes d’Argentine et du Brésil, réunies par la curatrice Maria Arlete Mendes Gonçalvez. Les travaux occupent tout le bâtiment du Centre Culturel dans le quartier de Flamengo, à Rio de Janeiro, du rez-de-chaussée au dernier étage, en passant par les galeries, escaliers et ascenseur.

L’exposition inaugure la programmation d’Oi Futuro en 2021 et apporte deux moments des œuvres des artistes : celles qui sont emblématiques de leurs trajectoires et celles créées lors du confinement dans leurs maisons, à cause du Covid-19, où elles n’avaient pas accès à l´infrastructure de leurs ateliers.

Dans ces conditions, "elles ont élargi leurs champs de travail, et ont osé recourir à de nouveaux langages, matériaux, technologies et réseaux, pour rompre l’isolement et avancer par des territoires aussi personnels qu’universels : la maison, le corps et le féminin profond" explique Maria Arlete Gonçalves, et ajoute que dans cette exposition "il ne s’agit pas seulement d’exhiber des œuvres de femmes, mais d’affirmer dans la force de l’ensemble, la puissance féminine dans l’art contemporain."

Toutes les problématiques féminines sont là : la violence domestique, le confinement, la solitude, le corps, la question religieuse, la recherche de l’ancestralité au XXème siècle, le retour à la question territoriale, la connexion profonde avec l’univers ; la recherche de l’identité latino-américaine, par la récupération du sol qui se trouve sous le revêtement asphyxiant, symbole de la machinerie technologique contemporaine ; la femme face à la dictature du patriarcat.

 

En particulier

Le jour de l’inauguration, mardi 12 janvier 2021, les performances dansées de la brésilienne Carmen Luz et de l’argentine Silvia Hilario ont eu lieu. Carmen Luz est une danseuse afro-carioca, fondatrice, enseignante et chorégraphe de la compagnie ethnique de danse de Rio de Janeiro. Son travail met l’accent sur la création d’une carte contemporaine des gestes et des mouvements, où cohabitent et s’entrecroisent des éléments des traditions afro-brésiliennes, en plus de divers legs artistiques de différents peuples et époques. Ses créations sont composées de techniques de danse moderne, de danse afro et de Street Dance. Son travail d’enseignant dans les favelas d’Andaraí, au nord de Rio de Janeiro, est particulièrement remarquable.
Pour leur part, Silvia Hilario et Emilse Diaz ont interprété "Selva", une vidéo-performance et "Au revoir", une vidéo avec scénario et interprétation à deux.

L’exposition elle-même, est la suite et le déploiement de l’exposition du même titre réalisée à Buenos Aires en 2019, par l’artiste porteña/carioca Ileana Hochmann, à partir de son installation "Fiz das Tripas, Corazón", qui s’inspire d’une photo de la naissance de sa fille.

Ileana a décidé de produire des agrandissements de cette photo sur du papier de coton Hahnemühle, en leur appliquant différents masques, en mettant l’accent sur les détails, afin de produire des sérigraphies de 60 x 80 cm, de couleur rouge sang. Elle a imprimé la photographie en velours et créé un espèce de «poncho» nommé "parangolé" : une cape créé à l’origine par Hélio Oiticica avec l’intention de faire sortir l’œuvre de son cadre rectangulaire en la ramenant à la vie, en lui assurant ainsi une fonction de communication et de préservation de l’identité culturelle. De plus, le parangolé est associé à la magie des rituels aborigènes. Porter la cape est pour eux un moyen d’intégrer l’esprit vivant dans les éléments de la nature.

Le parangolé d’Ileana a généré une performance d’elle-même en dansant un rituel avec le chant de l’Uirapuru de fond et un triptyque imprimé sur toile, avec 16 images plus petites à la base. Son œuvre était destinée à améliorer la santé de sa fille, qui souffrait alors d’un sérieux trouble de santé.

Comme les panneaux médiévaux, qui portaient des illustrations détaillées du récit dans leur partie inférieure (la prédelle), Ileana a réalisé ce triptyque de photos d’elle dansant, accompagnée d’un ensemble de petites œuvres à la base, une sorte de storyboard, comme elle-même l’appelle. D’autres estampes en acétate et le costume font également partie de l’exposition.

Parmi les autres œuvres dignes d’intérêt, citons : "Teia" (2021) de Bia Junqueira, qui renvoie à une toile d’araignée en blanc et rouge, couvrant tous les étages du centre culturel; "Le dernier mot d’amour" de Fabiana Larrea, une autre toile d’araignée, de dimensions plus réduites mais beaucoup plus explicite; les photographies "Fragments" de l’Argentine Patricia Ackerman; "Robe de Mariée et Bouquet" (2018) de Ileana Hochmann; la série "Profaner" Objet 1-3, 2016, de Marisol San Jorge; la vidéo-installation "A Grande Mãe" (2020) de Tina Velho; "Élevage"(2020), installation vidéo de Nina Alexandrisky; "Coudre est un acte d’amour II" d’Anna Carolina Albernaz ; "No nombre" (2019) et "No Tiempo" de Milagro Torreblanca, "Contractura espiritual" (2020), animation de Marisol San Jorge et "Segunda Piel" 1-3 (2017) d’Evany Cardoso.

En plus des performances, des installations vidéo, des photographies, des gravures et des objets qui font partie de l’exposition, le groupe argentin d’artistes plastiques "Residencia en Residencias" présente une vidéo de 3'38 dans laquelle leurs travaux apparaissent ainsi qu’elles-mêmes en plein processus créatif.

Page Facebook de Résidence en résidence : résidence en résidences - Résultats de la recherche | Facebook

Video instalacion, Fiz dastripas corazon, 2018, Ileana Hochmann, Transparencias y triptico (Photo Renata Mello)

Video instalacion, Fiz dastripas corazon, 2018, Ileana Hochmann, Transparencias y triptico (Photo Renata Mello)

 

 

 

 

 

Unas+ Oifuturo (Foto Renata Mello)

Unas+ Oifuturo (Photo Renata Mello)

 

 

 

 

 

 

Frame de dibujo animado, Contractura Espiritual, 2020, Marisol San Jorge (Photo Renata Mello)

Frame de dibujo animado, Contractura Espiritual, 2020, Marisol San Jorge (Photo Renata Mello)

 

 

 

 

 

 

Performance de Carmen Luz (Foto Renata Mello)

Performance de Carmen Luz (Foto Renata Mello)

 

   

 

 

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...
Paterson (3)

Paterson   Paterson (Adam Driver) est chauffeur de bus dans la petite ville  [ ... ]

Lire la suite...
L-inegalite entre les sexes dans Colette et dans The wife

L’inégalité entre les sexes dans Colette et dans The wife   Colette est  [ ... ]

Lire la suite...
Roma

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
Roma (2)

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
J’ai infiltré le Ku Klux Klan

J’ai infiltré le Ku Klux Klan   États-Unis, 2018
Titre original : « Blac [ ... ]

Lire la suite...
Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019

Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019   Le 6 janvier 2019,  [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (4)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Quatrième Partie)   A bigger [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (5)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Cinquième partie)   Dan [ ... ]

Lire la suite...
Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels

Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels   Tower est un d [ ... ]

Lire la suite...
La flute magique

La symbolique occulte au cinéma Symboles hermétiques dans La Flûte Magique    [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews