Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

Les Fleurs de Shanghai

Les Fleurs de Shanghai   Splendeurs er misères des courtisanes Chinoises film [ ... ]

Leer más...

Une(S)+ Argentines et brésiliennes en état unique d’art   Tout le bâtim [ ... ]

Leer más...

La symbolique occulte au cinéma

Symboles hermétiques dans La Flûte Magique

 

La Flûte Magique

 

Suède, 1975
Titre original : Trollflöjten
Adresse : Ingmar Bergman
Scénario : Ingmar Bergman, basé sur l’opéra de Mozart, "La Flûte Magique"
Distribution : Ulrik Cold : Sarastro, Hakan Hagegard : Papageno, Birgit Nordin : La Reine de la Nuit, Irma Urrila : Pamina, Elisabeth Eriksson : Papagena, Joseph Kostlinger : Tamino, Rognar Ufung : Monostatos, Gösta Prüzelius : le premier prêtre
Musique : Wolfgang Amadeus Mozart. Livret de l’opéra : Emanuel Schikaneder
Direction Musicale : Eric Ericson avec l’Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise
Scénographie : Enny Noremark
Photographie : Sven Nykvist
Production : Måns Reuterswärd pour Sveriges Radio
Durée : 135 minutes


Note Cinecritic

Excelente

 

 
La Flauta Mágica
   
Par Adriana Schmorak Leijnse

 

Quand la vertu et l’équité sèment la gloire sur le chemin,
alors sera le royaume des cieux, et les mortels seront égaux aux dieux".
Texte par lequel le chœur conclut le premier acte de "La Flûte Magique" de W. A. Mozart

 

Aperçu du film de Bergman
La Reine de la Nuit demande au Prince Tamino de retrouver sa fille Pamina, qui aurait été enlevée par un prêtre nommé Sarastro. Le prince part avec Papageno, un chasseur d’oiseaux. Quand ils trouvent la princesse, ils découvrent que la situation n’est pas aussi claire que le disait la reine. Sarastro accepte l’union de Tamino et de Pamina à la condition que chacun réussisse son voyage initiatique.

 

La flûte enchantée et son symbolisme
La flûte enchantée (KV 620) (titre original en allemand : Die Zauberflöte) est un opéra en deux actes de Wolfgang Amadeus Morzart et un livret en allemand d’Emanuel Schikaneder. L’œuvre a été conçue sous la forme d’un singspiel, qui est un opéra populaire chanté en allemand, dans lequel des parties parlées sont intercalées.(1)
C’est le dernier opéra mis en scène de son vivant et créé au Theater auf der Wieden de Vienne, le 30 septembre 1791, sous la direction de Mozart lui-même, deux mois à peine avant sa mort.
Selon de nombreux historiens et critiques, il y a une importante influence maçonnique dans l’opéra, parce que Mozart a été initié à la loge Zur Wohltätigkeit ("La Bienfaisance") le 14 décembre 1784.

Lors de la première de La Flûte enchantée, la franc-maçonnerie avait de nouveau été restreinte dans les domaines du nouvel empereur Léopold II, fils et co-régent de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche. La raison de cette nouvelle restriction était le lien des loges maçonniques viennoises avec la société secrète appelée "Illuminati de Bavière", qui constituait un danger imminent pour les monarchies européennes, en raison de leurs idéaux politiques radicaux. Beaucoup des idées et des motifs de l’opéra rappellent ceux de la philosophie des Lumières, comme le thème de la Fraternité. Et non seulement Mozart s’est nourri de cet idéal maçonnique, mais aussi son librettiste et frère franc-maçon Emmanuel Schikaneder.

L’argument de l’opéra a été très discuté. Alors que de nombreux chercheurs la voient simplement comme un conte de fées, d’autres la voient pleine de symbolisme et de références à la franc-maçonnerie. En ce sens, et malgré la forte influence de la culture populaire, "La flûte enchantée" est le guide de divers rites maçonniques, qui s’inspirent de rituels de cultures anciennes. Franc-maçonnerie, hermétisme, rosicrucisme, astrologie, magie, tarot, kabbalah, mythologie et rituels égyptiens, culte zoroastrien, tout est là.

 

La Musique et les Quatre Éléments.

 

"Tous ceux qui avanceront sur ce chemin, remplis d’épreuves, seront purifiés par le Feu, l’Eau, l’Air et la Terre.
S’il peut surmonter la terreur de la mort, il s’élèvera vers le ciel au-delà de la terre,
illuminé et prêt à se consacrer entièrement aux mystères d’Isis".
Message des gardiens des cavernes de l’Eau et du Feu à Tamino, vers la fin du deuxième acte

 

L’œuvre conçue par Schikaneder devait reprendre les principes de base de la franc-maçonnerie et exalter, par la musique, la fraternité universelle de ses membres. La flûte synthétise tout le symbolisme initiatique. Les instruments de musique sont les armes de la lumière : la flûte est construite du plus pur et centenaire chêne, symbole de la force et de la résistance, associé à l’élément terre. Le carrillon de Papageno apparaît également, instrument qui n’est pas noble, mais qui a la vertu de charmer.
Tout au long de l’opéra, Pamina dit qu’elle a été sculptée en bois dans une nuit de tempête (eau et obscurité) pleine de bruits de tonnerre (terre) et de foudre (feu), et la flûte elle-même représente l’élément air. Tamino et Papageno se rencontrent à travers leurs flûtes, la musique est communication, union, rencontre, fraternité. Valeurs fondamentales pour la franc-maçonnerie.
La Flûte Magique dans sa version cinématographique met l’accent sur la magie de la musique. Bergman a filmé le célèbre opéra de Wolfgang Amadeus Mozart, au Théâtre Drottningholm (XVIIIe siècle), près de Stockholm, dans le cadre de son tournage, pour l’inscrire dans une scénographie d’époque, même lorsque la mise en scène dépasse souvent le cadre strict de la scène, non seulement pour des gros plans ponctuels sur les spectateurs et des prises de vues dans les couloirs, mais aussi pour la disposition des décors.
Dans la séquence initiale du film, l’ouverture est accompagnée de trois plans de plus en plus proches sur la statue d’Apollon, dieu grec-romain de la musique et des arts, située devant l’entrée du théâtre Drottningholm. Ensuite, l’image qui accompagne la musique est une succession de premiers gros plans d’assistants à la salle. Des personnes de tous âges, sexes et ethnies sont sensibilisées par la musique, presque sous un transe hypnotique. La musique, langue universelle et source d’effets bénéfiques pour tous les êtres vivants, est le thème central du film.
Le personnage du Prince Tamino à la recherche de sa bien-aimée Pamina, que nous pourrions associer au côté masculin en cherchant son union avec l’aspect féminin, envoûte des animaux sauvages avec la musique de sa flûte. Cette quête initiatique s’inspire du mythe d’Orphée et d’Eurydice. Orphée était un poète et musicien grec, fils d’Apollon (que nous venons de mentionner), qui possédait la vertu de suspendre le cours des rivières et de dompter les bêtes au son de sa voix et de sa lyre. Il est descendu aux enfers pour sauver sa femme Eurydice.
Cette descente dans les enfers peut être liée à l’épreuve de feu de Tamino et Pamina. Quand ils doivent passer les tests de l’eau et du feu, ils utilisent le son de la flûte comme protection. La musique élève l’esprit et dissipe les maux. La métaphore que Bergman inclut dans l’épreuve du feu, des corps se tordant et se contorsionnant, est une contribution du cinéaste à la mise en scène, qui renvoie en quelque sorte à l’Enfer de la Divine Comédie de Dante Alighieri.
Dans la mise en scène du film, on peut voir des parties du Rite Zinnendorf, jusqu’à ce jour le plus pratiqué dans le système maçonnique d’Allemagne et d’Autriche. La pratique de ce rite signifie la croyance explicite dans les Evangiles, ainsi que dans la Trinité chrétienne. Sa doctrine est un mélange de christianisme, de templarisme, d’hermétisme et d’alchimie.
Dans l’une des scènes du second acte, Sarastro apparaît accompagné par d’autres prêtres, vêtus de costumes rituels rouges, assis autour d’une table ronde, probablement situés dans la Chambre des Maîtres ou Chambre du Milieu. Il est de la responsabilité de tous les membres de cette Assemblée de se réunir pour discuter de sujets qui concernent le bien de la fraternité. Sarastro est le Grand Maître Franc-Maçon réuni avec le Conseil pour discuter de l’acceptation des nouveaux aspirants.
Bergman montre les épreuves destinées aux candidats, conçues pour vérifier leur force de volonté : on leur bande les yeux jusqu’à atteindre une pièce fermée (dans le film apparaît ce rite tel quel), puis ils doivent passer l’épreuve du silence, qui a pour but de s’assurer que l’aspirant est capable de garder tous les secrets qui lui seront rebellés. Rappelons que, dans l’opéra de Mozart, Tamino a l’interdiction de parler, tout comme son ami Papageno, sauf que ce dernier ne réussit pas à mener à bien cette épreuve.
Les épreuves de l’eau et du feu, dans l’opéra, symbolisent la force de l’amour, la puissance de l’esprit élevé et la protection de la musique. L’amour parce que pour vaincre, Pamina et Tamino étaient unis par leur force; la musique parce que le couple se protège du Mal par le son de la flûte magique, et l’esprit élevé parce que seul celui-ci est capable de traverser le feu sans se brûler et l’eau sans se mouiller.

 

Les arts et le cinéma
La présence des arts, dans le film, est fondamentale. En effet, tous les arts sont représentés : la Peinture : dans les décors ; la sculpture, sur l’Apollon situé en face de l’entrée du théâtre; la littérature, quand les chanteurs mettent en évidence des fragments du texte sur de grandes enseignes; la musique, dans celle interprétée par l’orchestre et les chanteurs; le théâtre, dans les parties parlées; la danse, dans la compagnie de danseurs qui exécute la chorégraphie de l’eau et du feu et le cinéma, dans le langage filmique que Bergman manie à la perfection pour "se décoller" de la rhétorique théâtrale.
À mesure que le récit avance, la scène théâtrale tend à "disparaître" en fonction d’un espace cinématographique plus large. Le jeu de plans et contre-plans des interprètes, pris depuis des lieux scéniques inaccessibles pour un spectateur de théâtre, bouleverse la rhétorique théâtrale et nous oblige à nous demander qui regarde qui et de quel point de vue il est observé. Par exemple : pendant l’aria Dies Bildnis ist bezaubern Schön (Ce portrait est délicieusement beau), Tamino observe le portrait de Pamina que la Reine de la Nuit lui a remis, sur un plan subjectif que seule la caméra de cinéma pourrait rendre possible.
De plus, Bergman introduit la caméra dans les coulisses, pour nous montrer que l’art n’est pas une pure fiction mais une extension du milieu réel. L’espace de la représentation cinématographique transcende le point de vue statique d’un spectateur théâtral pour s’introduire derrière le rideau, sur la scène et même sur le plateau.
Le baryton qui représente Papageno, Häkan Hägegard, s’endort dans l’intervalle et tombe du lit, dans un gag clown propre à l’opéra Buffa. Il commence immédiatement à jouer de sa flûte avant d’entrer sur scène, sans aucun changement dans l’expression du visage. Il n’y a pas de coupure nette entre réalité et fiction.
La soprano de colorature représentant la Reine de la Nuit, Birgit Nordin, est assise devant le miroir, fumant. Sa robe présente un décolleté prononcé et est entourée par les trois chanteuses qui jouent les Filles de la Nuit. Toutes les quatre assument une expression et une posture semblables à celle d’une madame entourée de ses prostituées. Ils représentent le pur instinct, le passionnel par opposition au rationnel.

 

Influence des rituels égyptiens
Les rites maçonniques en vigueur à l’époque de Mozart ont été décrits par l’écrivain et égyptologue français, Christian Jacq (Paris, 1947), dans une série de quatre livres entre fictions et biographiques, publiés en 2006 sous le titre "Mozart" et avec les sous-titres suivants : "Le Grand Magicien", "Le Fils de la Lumière", "Le Frère du Feu" et "Le Bien-aimé d’Isis"(2). La période dont parle Jacq est particulièrement importante dans l’histoire de l’humanité, car elle a constitué la transition entre l’âge moderne et l’âge contemporain, et dont le cadre est celui de la Révolution française.
L’officier de l’armée prussienne Friedrich von Köppen crée à Berlin, en 1767, le rite des Architectes Africains, qui renvoie aux initiations égyptiennes. Soutenu par Frédéric II de Prusse, il s’installe dans un bâtiment officiel au centre de la ville, avec temple, bibliothèque, centre d’études d’histoire naturelle et laboratoire de chimie.
Von Köppen publie en 1770 le traité liturgique germanique Crata Repoa, qui prétend reproduire les anciennes initiations maçonniques-sacerdotales des Mystères égyptiens, réalisées à l’intérieur de la Pyramide de Kheops, située dans la nécropole royale de Gizéh.
L’oeil d’Horus était représenté sur les portes d’entrée des temples maçonniques, faisant allusion à l’oeil qui voit tout, l’oeil de la providence ou troisième oeil(3). Ce symbole a son origine dans l’un des mythes égyptiens selon lequel Horus aurait perdu son oeil gauche dans sa lutte contre Seth, frère de son père, Osiris. Tot, dieu de la sagesse, remplaça l’oeil perdu de Horus par l’Udyat, lui rendant ainsi la vue complète. L’œil qu’il voit était magique. Il protégeait, purifiait et guérissait. Il symbolisait le soleil et incarnait l’ordre parfait. Elle symbolisait la santé, la prospérité, la préservation du corps et la résurrection. Le symbole de l’Udyat fut adopté au Xviiie siècle par les francs-maçons, qui le considéraient comme un symbole de protection divine, ainsi que de l’omniprésence et de l’omniscience de Dieu.
L’autre rite qui s’inspire du culte égyptien ancien pour ses rituels d’initiation est le rite égyptien fondé par Alessandro, comte Cagliostro, en 1786. Cagliostro le Grand Copte, fondateur et Grand Maître de la Haute Franc-maçonnerie égyptienne, son épouse étant la Grande Prêtresse du Rite, fit construire un temple à Lyon, pour sa nouvelle loge maçonnique : la Sagesse Triomphante. Ce Rite était ouvert à la participation des femmes, et avait pour but de conduire ses membres à la perfection physique et morale à travers.
Les rites maçonniques de Memphis, Misraïm et Memphis-Misraïm descendent directement du rite égyptien. Il y avait aussi un lien secret entre la franc-maçonnerie égyptienne de Cagliostro et l’ordre illuminati de Weishaupt.
On le voit dans l’argument de "La Flûte Magique" réminiscences du rite de Misraïm, avec des bords hermétiques clairs basés sur la tradition égyptienne du culte d’Isis et d’Osiris :

 

  • Le Sarastro mozartien est prêtre du culte d’Isis et d’Osiris.
  • L’opéra raconte l’histoire de Tamino, prince égyptien.
  • L’histoire se déroule dans le temple d’Isis, en Egypte, pendant la période de Ramsès I
  • Monostats, esclave maure du palais de Sarastro, possède des traits africains
  • La participation de Pamina au rituel du feu et de l’eau, avec Tamino, prouverait que la participation des femmes aux rituels avait déjà commencé des années avant la première de l’opéra. Comme l’indique la participation de l’épouse de Cagliostro aux rituels de la Haute Maçonnerie égyptienne.

 

Influence du zoroastrisme
Le zoroastrisme ou parsisme est une religion et philosophie fondée dans l’Ancienne Perse par le prophète Zarathoustra, que les Grecs appelaient Zoroastre. Sa foi est centrée sur une cosmologie dualiste du bien et du mal et sur une eschatologie qui prévoit le triomphe final soit contre le mal, avec des éléments théologiques de l’hédonisme (milieu entre le monothéisme et le polythéisme, car il rend un culte à un dieu principal sans nier l’existence d’autres dieux de catégorie inférieure.
Certains points clés des principales doctrines du zoroastrisme sur l’eschatologie et la démonologie, comme la croyance au paradis, à la résurrection, au jugement final et à la venue d’un messie, ont influencé le judaïsme, le christianisme et l’islam.
Le zoroastrisme admet l’existence de deux divinités (dualisme), qui représentent le Bien (Aúra-Masda) et le Mal (Arimã). De cette lutte entre les divinités sortirait vainqueur la divinité qui représente le Bien.
Le principal document qui nous permet de connaître la vie et la pensée religieuse de Zoroastre sont les Gatas, dix-sept hymnes composés par Zoroastre lui-même et qui constituent la partie la plus importante du livre sacré du zoroastrisme, l’Avesthe. La similitude entre le langage des Gatas et celui utilisé dans le Rigveda, livre sacré pour les Hindous, placerait Zoroastre entre 1500 et 1200 avant J.C.
Zoroastre fut un réformateur des pratiques religieuses indo-iraniennes. Il proposa un changement dans le panthéon dominant qui allait dans le sens du monothéisme et du dualisme. Ainsi, Zoroastre élèverait Aúra-Masda (Seigneur Sage) au statut de divinité suprême, créatrice du monde et unique digne d’adoration.
Un autre concept religieux important est celui des Amesa Espentas (Immortels Sacrés), qui peuvent être décrits comme des émanations ou des aspects d’Aúra-Masda. Ici nous pouvons apprécier un aspect panthéiste du zoroastrisme qui élève au statut de divinité les animaux, le feu, la terre, le ciel et les métaux, l’eau et les plantes.
Le dualisme zoroastrien est devenu cosmologique, compris comme une bataille dans le monde entre des forces bénignes et des forces maléfiques.
Le thème de la lutte entre la lumière et l’obscurité est une allégorie récurrente dans les enseignements maçonniques. L’argument même de l’opéra suggère la dialectique lumière-ténèbres. La lumière est incarnée par le prêtre énigmatique d’Isis et Osiris, Sarastro; les ténèbres, par la sinistre Reine de la Nuit, personnage sombre qui, dès le début, cherche à embrouiller le protagoniste prince Tamino sur son chemin vers l’initiation. L’initié porte avec lui les moyens de discerner entre le bien et le mal, entre le blanc et le noir, entre la lumière et l’obscurité.
L’aspect sacré des éléments naturels peut être vu dans la neige qui tombe quand les personnages souffrent et au lever du soleil quand ils trouvent le bonheur et l’amour. Bergman a habillé Papageno et Papagena en vêtements d’hiver et, en se déshabillant, ils restent avec des vêtements de printemps serrés. Bergman montre ainsi les cycles naturels, la succession des saisons et leur influence sur l’humeur des êtres vivants. En outre, il affirme que le duo homme-femme est inexorablement inséré dans la nature.

 

Influence de la numérologie pythagoricienne
Dans son texte "La Batterie Maçonnique à l’Ouverture de la Flûte Magique", et en reprenant l’analyse rigoureuse de Howard Chandler Robbins Landon, concernant les batteries représentatives des différents degrés maçonniques et comment elles apparaissent dans l’ouverture de l’opéra mozartienne, Juan Paulo Gómez Hurtado explique que l’ouverture commence par une série de cinq accords, basés sur trois degrés harmoniques, réalisés par tout l’orchestre. Ces accords sont séparés par trois pauses et sont compris dans les trois premières mesures.
Selon lui : "Mozart non seulement identifie les piles symboliques qui apparaissent dans l’ouverture avec les degrés des différentes chambres, mais il relie également le nombre représentatif de chacune d’elles à une symbolique du nombre dans l’univers, sur la base de l’idée pythagoricienne selon la lequel, les nombres sont la clé des lois harmoniques du cosmos. Ce sont donc des symboles de l’ordre divin qui, lorsqu’ils se matérialisent, deviennent des figures géométriques qui créent toute la nature."(4)
Le rituel utilisé dans les loges viennoises à l’époque de Mozart se servait de rythmes caractéristiques pour chaque degré. La signification d’un rythme était déterminée par la position de son premier coup long. Ces dessins rythmiques étaient liés à ce qui, dans le langage maçonnique, est appelé Batterie, c’est-à-dire un ensemble de coups de mallete ou de claques, dans un certain nombre représentatif d’un certain degré symbolique.
Ainsi, suivant la ligne logique de Pérez Hurtado, la batterie symbolique avec laquelle commence l’œuvre, la série de cinq accords, représente le Grade de Compagnon et le numéro 5, puisqu’elle symbolise le moment où, une fois le processus de recherche individuelle achevé, correspondant au Degré d’Apprenti, l’initié prend conscience de lui-même et sort à l’extérieur pour rayonner la connaissance au-delà du temple intérieur, devenant une source de lumière propre.
Par rapport à sa symbolique ésotérique, le nombre 5 représente le pont entre le corporel et le divin, entre le monde terrestre et le monde céleste. Ce nombre représente également dans la franc-maçonnerie à la lettre G, le Grand Architecte de l’Univers. Selon le concept pythagoricien, il est lié à l’éther, la quintessence des alchimistes, le magma fondamental d’où émerge toute la matière. Il représente les cinq sens à travers lesquels l’homme perçoit son environnement, les quatre membres de l’être humain plus la tête. Géométriquement, il est représenté par le pentagone, d’où provient l’étoile à cinq branches, élément symbolique de grande importance au sein du Grade de Compagnon. Enfin, il représente la portée musicale.
Le 5 est le chiffre de l’homme par excellence. Il représente les cinq vertus qu’un homme doit avoir : bonté, justice, amour, sagesse et vérité. Selon le concept pythagoricien, le microcosme est un reflet du macrocosme. Ou plutôt, l’homme est un reflet du Créateur. C’est pourquoi, dans l’opéra de Mozart, le numéro cinq fait référence à Tamino, qui est appelé à trouver le chemin de l’évolution et à le parcourir. Il fait allusion à l’homme qui relève le défi des épreuves, dans le but d’accéder à un stade supérieur de la connaissance, relié au divin.
De son côté, la batterie située entre les compas 97 et 102 est liée au Grade de Maître Maçon, puisqu’elle est formée de trois séquences de trois accords chacune, donnant un total de neuf accords regroupés en trois séquences de trois accords chacune. Le numéro neuf possède une symbolique ésotérique qui le lie au personnage de Sarastro.
Appelé par les Pythagoriciens "L’Alpha et l’Oméga", le neuf représente le premier carré d’un nombre impair (3 au carré égale 9). C’est un nombre qui représente l’idéalisme et la sagesse au service du prochain. Elle symbolise la Lumière intérieure et la qualité de notre Être, l’ouverture de l’esprit et de l’esprit. Il représente le sens de l’essentiel et l’ouverture du chemin vers d’autres espaces de pensée, vers des espaces plus mystiques et spirituels. En numérologie, le 9 est synonyme de sérénité, d’acceptation, de tolérance, de spiritualité et d’épanouissement personnel, vertus propres à un maître Franc-Maçon.
Le numéro trois a également une forte présence à l’opéra de Mozart. Comme nous l’avons dit, l’ouverture commence par cinq accords basés sur trois degrés harmoniques et séparés par trois pauses qui sont comprises dans les trois premières mesures. Dans la notation occidentale, la pièce est écrite en Mi bémol majeur, dont l’armure implique la présence de trois bémols. Chacun des compas répond à l’appel de l’aspirant à l’initiation aux portes du temple. En outre, trois sont les dames, serviteurs de la Reine de la Nuit, à même nombre arrivent les enfants-guides ou génies, trois sont les temples : Sagesse, Raison et Nature. Enfin, trois sont les conseils donnés à l’initié : Silence, Force et Constance.
La symbolique du nombre trois est liée au triangle, figure géométrique parfaite, car tous les côtés ont la même mesure. Dans la théorie de Pythagore, il est le résultat de la somme de l’un (dans l’opéra, Sarastro) et du deux (dans l’opéra, Tamino et Pamina).
Le nombre trois est très significatif pour la franc-maçonnerie car il réunit les idéaux nécessaires à la maturation spirituelle de ses membres: foi, espérance et charité.
Pour les chrétiens symbolise la Trinité (Père, Fils et Saint-Esprit), dans la mythologie gréco-romaine Poséidon-Neptune possédait un sceptre en forme de trident et Hadès- Pluton était accompagné par le Can Cerbère, un chien à trois têtes.
Les hindous aussi ont trois dieux principaux : Brahma, Vishnu et Shiva. De même, les Égyptiens adoraient la triade Isis, Osiris et Horus.
Le cycle de la vie se divise en enfance, maturité et vieillesse. Une narration est divisée en Début, Noeud et Dénouement. Le nombre trois est considéré comme le pouvoir de l’unité entre l’esprit, le corps et l’esprit. La Bible hébraïque est divisée en trois parties : Torah, Nevihim et Ketuvim.

 

Influence du Templarisme
Le système de stricte observance des Templiers du baron Karl Gotthelf von Hund und Altengrokau de Silésie (1722-1776), également surnommé la franc-maçonnerie rectifiée (Réforme de Dresde), est un rite allemand dans lequel le versant chevaleresque se superpose à la maçonnique, car elle était réclamée comme héritière et restauratrice de l’Ordre du Temple, disparue en 1312.
Le rite d’initiation avait été transmis aux premiers chrétiens par les Esséniens, puis compilé par les clercs du Saint-Sépulcre installés à Jérusalem. Au Xviiie siècle, il est devenu le rite prédominant en Europe et servira de base à l’émergence du rite suédois, le rite zinnendorf et le rite écossais rectifié.
La stricte observance des Templiers soutenait que Hiram Abif avait été l’architecte du Temple de Jérusalem et était donc associé au Grand Architecte de l’Univers, représenté par deux colonnes, l’équerre et le compas.
Le temple de Salomon, le roi sage, est sournoisement cité dans l’opéra (et donc dans le film de Bergman). Il est mentionné que Sarastro vit dans le Temple de la Sagesse. Un aria dit : "Dans le temple, on pardonne à l’ennemi, etc.". Sagesse, pardon, fraternité, étaient des valeurs professées par les loges maçonniques au Xviiie siècle.
La franc-maçonnerie utilise, jusqu’à nos jours, la figure du temple comme symbole de sagesse, rappelant le temple de Salomon. Le lieu des réunions secrètes est appelé temple. De même, pour les francs-maçons, le temple est l’homme qui est toujours en cours de construction. Ils considèrent que l’homme est infiniment perfectible vers l’idéal qu’ils appellent "le Grand Architecte de l’Univers", ce qui dans la religion judéo-chrétienne équivaut au Créateur, à Dieu. Dans l’opéra, on dit deux fois : "Si l’homme suit tous ces principes, il sera comme les dieux". Le temple, à l’échelle du microcosme, est l’homme et à l’échelle du macrocosme, c’est l’univers.
Les templiers faisaient partie de la dévotion au temple de Salomon. Tant les Templiers des Croisades, au Moyen Âge, que les Templiers maçonniques du Xviiie siècle. Et c’est ce qui ressort de l’opéra de Mozart. On voit Sarastro (la basse lyrique Ulrik Cold) pendant l’intervalle en coulisses, en lisant le livret de Gurnemanz de l’opéra "Parsifal" de Wagner. Gurnemanz fut le tuteur de Parsifal et l’introduisit dans l’ordre des chevaliers templiers qui, comme ses frères templiers, consacra sa vie à la recherche du Saint-Graal. Pourquoi Bergman associerait-il le personnage de Sarastro à celui de Gurnemanz ? Probablement à cause de son rôle de guide et de mentor d’un jeune initié sur le chemin de la connaissance et de l’illumination. Je veux dire, le rôle d’un vieux sage. Le même personnage que dans la fiction théâtrale est un érudit, entouré de bibliothèques pleines de livres, profite de l’intervalle pour lire le livret d’un autre personnage qui témoigne du même degré d’érudition. Tous deux représentent la lumière de la connaissance.
D’autre part, il existe une légende médiévale associée aux chevaliers templiers, qui est la légende de "Saint-Georges et le Dragon". La légende raconte que Georges était un soldat de Cappadoce au service de l’empereur romain Dioclétien (Iiie siècle avant J.-C.), mort martyr pour ne pas vouloir renoncer à sa foi chrétienne. Des années après sa mort, il fut canonisé et son histoire en fit un paladin de l’imaginaire médiéval européen, protecteur des chevaliers et des soldats, croisés et templiers.
Au IXe siècle apparaît sa légende telle qu’on la connaît aujourd’hui. Saint Georges à cheval comme vainqueur du dragon. Cette histoire, qui fait partie de la légende dorée(5), est probablement à l’origine de tous les contes de fées sur les princesses et les dragons en Occident.
La légende occidentale médiévale commence avec un dragon qui niche dans la fontaine qui fournit de l’eau à une ville. En conséquence, les citoyens, pour obtenir de l’eau, doivent éloigner le dragon de la source, en lui offrant quotidiennement une paire de moutons. Quand les moutons ne suffisent plus, ils commencent à lui offrir quotidiennement un sacrifice humain, qui se décide au hasard parmi les habitants. Un jour, la princesse locale est choisie.
Alors le roi, son père, réclame la vie de sa fille, mais sans succès. Quand la princesse est sur le point d’être dévorée par le dragon, George apparaît lors d’un de ses voyages à cheval, affronte le dragon, le tue et sauve la princesse. Les citoyens reconnaissants abandonnent le paganisme et embrassent le christianisme.
Une ancienne interprétation chrétienne du mythe est que George serait le croyant, le cheval blanc l’Église et le dragon représenterait le paganisme, l’idolâtrie, la tentation et Satan.
Comme nous l’avons déjà dit, saint Georges fut un saint protecteur de l’Ordre religieux militaire des Templiers, pendant les croisades à Jérusalem, en 1099. Dans l’opéra, on le cite en cachette lorsque Tamino entre en scène, dans le premier acte, poursuivi par un dragon.
Vers la fin du deuxième acte, Tamino a réussi à passer les épreuves, devenant un homme nouveau, un homme qui a atteint un niveau de connaissance supérieur. Quand le jour se lève, la caméra se concentre sur le dragon mort. Le prince Tamino, en tant que chevalier templier, a vaincu la tentation et l’instinct incontrôlé, tandis que le dragon a été vaincu, comme dans la légende.

 

Influence des Lumières

 

"Les seuls soutiens de la propriété et des gouvernements sont les lois religieuses et civiles.
Par conséquent, pour rétablir les droits primitifs de l’homme,
il faut commencer par détruire toute religion et toute société civile,
abolissant toute propriété." (Adan Weishaupt)

 

Dans une forêt près d’Ingolstadt (Bavière) dans la nuit du 30 avril 1776, un petit groupe de jeunes leaders d’Adam Weishaupt se réunit pour créer la société appelée "Ordre des Perfectibilistes". Par la suite, la société a été rebaptisée "Les Illuminés de Bavière". Les objectifs de cette société étaient éminemment politico-révolutionnaires, avec l’objectif immédiat de renverser les monarchies et de destituer l’Église catholique de son autorité et de son influence.
Les Illuminati se sont rapidement dispersés en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, en Suisse, en France, en Italie et ailleurs en Europe.
Weishaupt ordonna aux Lumières de s’infiltrer dans les loges maçonniques et de former leurs propres sociétés secrètes dans toutes les loges. Seuls les francs-maçons qui s’avéraient internationalistes et ceux dont la conduite était susceptible d’avoir abandonné Dieu étaient initiés aux Illuminati.
Ses activités révolutionnaires visaient la destruction finale de tous les gouvernements et de toutes les religions, action qui, théoriquement, assurerait la paix et la prospérité permanentes par l’instauration d’un gouvernement mondial unique.
Les buts et objectifs des Illuminés de Bavière peuvent se résumer en sept points :

 

  1. Abolition de la monarchie
  2. Abolition de la propriété privée
  3. Abolition de la succession
  4. Abolition du patriotisme
  5. Abolition de la famille par l’abolition du mariage et de toute moralité
  6. Institution de l’éducation communautaire des enfants
  7. Abolition de toutes les religions.

 

Mais regardons quelques idées Illuminati dans l’opéra de Mozart. De nombreux auteurs, dont le musicologue et écrivain français Gérard Gefen, ont vu une préfiguration d’Ignaz von Born dans le rôle de Sarastro. Von Born était un individu avec une grande influence dans la franc-maçonnerie autrichienne de l’époque, et c’est lui qui a parrainé l’entrée de Mozart à elle. Le rôle controversé de la Reine de la Nuit a été identifié avec divers personnages et institutions. Pour certains, il incarnerait l’ennemi irréconciliable de la franc-maçonnerie, l’Église catholique, dont le chef suprême, le pape Clément XII, avait excommunié en 1738 les membres de la franc-maçonnerie par l’encyclique In eminenti specula. Pour d’autres, la Reine de la Nuit pourrait bien être l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, mère des empereurs Joseph II et Léopold II. Après la mort de son mari, l’empereur François Ier, elle a lancé une campagne de discrédit contre les sociétés secrètes.
Le Soleil, dans l’opéra associé à Sarastro, symbolise la Lumière de la Raison, en opposition à l’obscurantisme ecclésiastique. Il représente l’Illumination, l’Ethos, la Droiture; tandis que la Lune, la Reine de la Nuit, dans l’opéra, représente l’obscurantisme mais aussi l’intuition, le Pathos, l’ésotérisme, la superstition.
Bergman fait descendre du ciel les trois petits génies - guides sur une montgolfière. Le ballon fut la première invention aéronautique à réussir. À l’époque de Mozart, la science était une véritable révolution. Suivant la ligne de pensée de "La Flûte Magique" selon Bergman, si la raison est le bien et la science est la raison, cela expliquerait l’inclusion de ces trois personnages qui guident les protagonistes vers le bien, voyageant dans un ballon aérostatique.
Un autre détail qui renforce l’idée des Lumières, c’est la source de lumière blanc-jaunâtre placée à contre-lumière, c’est-à-dire éclairant la tête de Sarastro par derrière, pour souligner le concept de la "Lumière de la Raison". En revanche, la source de lumière bleue sur le visage de la Reine de la Nuit et le décor de signes astrologiques renvoient à la Lune et à l’ésotérisme. Ses vêtements sombres peuvent faire allusion à l’obscurantisme.

 

Dualité et Cycles Naturels

 

MAL. Reine de la Nuit (1), Filles de la Nuit (3). Monostats (1) = 5 (Cinq) BIEN : Sarastro (1) + Pamina et Tamino (2) + Papageno et Papagena (2) = 5 (Cinq)
Dragon-Serpent, animal mythologique des enfers, poursuit Tamino au début du premier acte. A l’aube, quand le soleil se lève, le dragon-serpent est mort. Tamino a réussi ses tests, c’est le vainqueur.
Reine de la Nuit : Lune. Isis dans la mythologie égyptienne. Hécate dans la mythologie grecque : déesse des enfers. En tant que déesse nocturne et magicienne, elle a le pouvoir de charmer et d’envoyer sur Terre des spectres et des monstres horribles. Elle est représentée avec trois têtes pour ses trois fonctions : dans le Ciel comme Selene, la déesse Lune ; sur la terre comme Artémis-Diana et dans l’au-delà comme Hécate. Sarastro : Soleil - Lumière. Dans la mythologie égyptienne, Osiris-Ra, dans la mythologie grecque, Hélios, dans la mythologie romaine, Phébus.
La dénomination grecque Zoroastre signifie "contemplateur d’astres".
Apollon conduisait le char du soleil et en même temps était le dieu de la poésie, la médecine, la musique et les arts.
La Reine de la Nuit porte un voile noir. Il trompe Tamino en disant que sa fille a été enlevée. Il représente le mensonge, l’ignorance, l’ésotérisme et la superstition. Les Filles de la Nuit renvoient aussi aux trois Moires : Clotho, Lachesis et Atropos, qui tissent les fils du destin de chaque être humain dès sa naissance. Le Bas Lyrique représentant Sarastro est blond et Bergman place une source de lumière derrière sa tête, à contre-jour. Elle symbolise la lumière de la raison, de la vérité, de la sagesse, de la science. Il habite le temple de la Sagesse et est entouré de livres. Il représente les Lumières en tant que mouvement philosophique et politique qui a marqué la seconde moitié du XVIIIe siècle.
MATRIARCAT / Féminin PATRIARCAT / Masculin
Quand la Reine de la Nuit chante l’aria : "Le feu de l’Enfer brûle dans mon cœur", Bergman la focalise avec une lumière bleue. La soprano de colorature, Birgit Nordin, possède une coupe au visage aiguisé qui, ajoutée à l’éclairage, fait allusion à une représentation de la Lune/Selene/Isis, déesses nocturnes et magiciennes.
La Reine de la Nuit vêtue de noir est Thanatos, dieu de la mort, fils de la Nuit et des Ténèbres.
À la fin de l’aria, on la voit avec un décor de fond dans lequel on apprécie la Lune et les signes astrologiques. Elle est magicienne et devineresse.
Sarastro se tient debout, vêtu d’une tenue de cérémonie rouge. C’est Éros, dieu de l’amour, fils de Vénus. Il donne la vie, l’amour, la paix et la vérité.
Les prêtres en robe rouge représentent Éros. Papageno et Papagena robe verte - nature représentent l’amour charnel. Pamina et Tamino, vêtus de blanc, représentent l’amour spirituel.
 
OBSCURITÉ LUMIÈRE
Papageno est habillé en hiver et il neige, il veut se suicider, il est seul et désespéré. Tout est triste Papageno rencontre sa Papagena, tandis qu’ils chantent, se déshabillent et portent des vêtements printaniers vert nature, le soleil se lève et les oiseaux chantent. Tout est joie
La Reine de la Nuit porte une armure et un casque. Elle représente la guerre, les ténèbres et la mort Sarastro apparaît et par sa seule présence, il triomphe des ténèbres de la nuit. Représente la Paix, la Clarté et la Vie
Lune = Argent Or = Soleil
Mort de l’Ignorance Finale : Triomphe d’Eros sur Tanatos. Résurrection de la Connaissance

 

Conclusion : En dehors des considérations énigmatiques ci-dessus, "La flûte enchantée" transfère simplicité. Son intrigue est un simple conte de fées dans lequel le protagoniste est la musique qui jaillit de l’instrument merveilleux et magique. Telle a été l’approche, simple et efficace, que l’immortel cinéaste suédois Ingmar Bergman a reproduite dans sa version cinématographique de l’opéra, en 1974.
C’est un conte de fées. Un prince ou un gentleman doit surmonter une multitude d’obstacles sans se retourner pour atteindre un but supérieur. La grande morale que l’on tire de La Flûte Enchantée est de ne pas croire aux apparences. En revanche, faire confiance à sa propre capacité de discernement entre le bien et le mal signifie compter sur la capacité de l’individu à faire un choix fondé sur l’éthique personnelle.
Au moment de la création de l’opéra, en septembre 1791, les Illuminati s’étaient déjà infiltrés dans les loges, ce qui effraya les monarques et les despotes éclairés, voyant ce qui se passait en France avec la Révolution qui destitua, emprisonna et, quelques années plus tard, Il exécute la reine Marie-Antoinette et le roi Louis XVI. La Révolution française a marqué un avant et un après dans toute l’Europe.
Créer un opéra en allemand, qui montrerait les bienfaits de la plus pure franc-maçonnerie, était devenu non plus une nécessité mais un impératif pour tenter de sauver les loges qui survivaient encore malgré les restrictions de Marie-Thérèse d’Autriche et de ses fils Joseph II et Léopold II. Ce fut la première intention de Mozart et Schikaneder en composant cet opéra. Mais la tentative arriva tardive car Mozart mourut deux mois après sa création et en 1794 François II décréta la prohicion des loges sur tout le territoire de l’Empire.
La situation d’Ingmar Berman était très différente à Stockholm en 1974 de celle de Mozart et Schikaneder à Vienne en 1791. Bergman est très respectueux de l’idée centrale de l’œuvre et est d’accord avec le but théorique de la fraternité maçonnique elle-même, mais à la revendication des Lumières face à un Léopold II récemment couronné, ajoute un plaidoyer en faveur de l’harmonie universelle, en le transformant en un discours qui aspire à des horizons plus larges.
Le regard complice et aimant entre Sarastro et la Reine de la Nuit, vers la fin du film, nous fait comprendre que le dualisme maçonnique entre opposés est en réalité une lutte entre des opposés complémentaires qui, malgré leur deuil éternel, ne peuvent exister l’un sans l’autre. L’opéra de Mozart laisse entendre que, dans la symbolique maçonnique, il y a à la fois une influence des cultes orientaux et des religions occidentales. En fait, la franc-maçonnerie avait pour but de parvenir à une conciliation entre la science rationnelle de l’Occident et le mysticisme de l’Orient.
Bergman met l’accent sur cet objectif intégrateur, ainsi que sur la musique comme élément d’harmonie entre les êtres vivants, et ajoute deux thèmes récurrents dans sa filmographie : celui du cinéma comme mode d’expression le plus contemporain dans les arts. Pour ce faire, il épuise les possibilités du langage cinématographique : pains, travellings, gros plans, plans généraux, points de vue différents, angles divers, tonalités variées et types d’éclairage, ce sont toutes les décisions prises par Bergman pour sortir son cinéma de la rhétorique théâtrale.
L’équilibre inhabituel et poétique entre drame, hermétisme, noblesse et comicité fait de cet opéra mozartien une œuvre irremplaçable. Et comme il ne pouvait en être autrement, le génie bergmanien a produit le plus grand hommage à "La Flûte Magique" de toute l’histoire du cinéma.

 

 Notes

  1. Singspiel est un genre musical proche de l’opérette apparue dans les pays de culture germanique au XVIIIe siècle. Il réunit musique, littérature sous forme de livret, interprétation, scénographie et autres éléments artistiques. Il a des parties chantées et autres parlées, ce qui en fait un genre similaire à l’opéra comique français, la Ballad opera anglaise et la zarzuela espagnole.
  2. Jacq, Christian. Mozart. Le grand magicien / Le fils de la lumière/ Le frère du feu/L’aimé d’Isis. XO Éditions, Paris, 2006
  3. Il y a un consensus au sein de la théosophie de considérer le troisième œil situé dans la position correspondant à la glande pinéale.
  4. Gómez Hurtado, Juan Paulo. La batterie maçonnique à l’ouverture de la Flûte Magique. Hoquet : revue du Conservatoire supérieur de musique de Malaga. Nº 4, f.14, 2016, p. 60
  5. La légende dorée est une compilation de récits hagiographiques, rassemblée par le dominicain Santiago de la Vorágine, archevêque de Gênes, au milieu du XIIIe siècle.

 

BIBLIOGRAFÍA

  1. 1.Wasserman, Raquel, c’est tout. Le langage cinématographique. Une langue. Ed. Corregidor, Buenos Aires, 1983
  2. Jacq, Christian. Mozart. Le grand magicien / Le fils de la lumière/ Le Frère du feu/ L’Aimé d’Isis. XO Éditions, Paris, 2006
  3. Gómez Hurtado, Juan Paulo. La batterie maçonnique à l’ouverture de la Flûte Magique. Hoquet : revue du Conservatoire supérieur de musique de Malaga. Nº 4, f.14, 2016, pags.49-70 
  4. Castellón, Gonzalo. "Mozart, ‘divin' franc-maçon". Blog El Tragaluz. 29/04/2012 
  5. De Freitas Junior, Basilio Thomé. A Maçonaria ao tempo de Mozart. ARLS Solidariedade e Progresso. Nº3078 
  6. La Flûte Magique sur Wikipédia 
  7. Mozart et la franc-maçonnerie sur Wikipédia 
  8. Carlos Berbell - Yolanda Rodriguez "Qu’est-ce que et quelle est la signification de l'"oeil qui voit tout?" Confilegal.com  17/8/2016 
  9. José Luis Téllez. Les maîtres du cinéma et de la musique / Ingmar Bergman (I). Revue Web Scherzo. 07/06/2020 
  10. Rebecca Fuks, Daniela Diana et Márcia Fernandes. Numéro 3. Dictionnaire des Symboles. Signification deux symboles et symboles 
  11. San Jorge sur Wikipedia.org 
  12. Mariano Molinari. Positions de lumière. Molinari Pixel. Formation à la photographie et à la vidéo. Buenos Aires, 28 mai 2008 
  13. La légende de Saint-Georges et du Dragon. Journal Historia National Geographic. 10 avril 2018

 

La Flauta Mágica



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Flauta Mágica

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Flauta Mágica

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Flauta Mágica

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Flauta Mágica

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simbolos Masonicos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simbolos Masonicos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Simbolos Masonicos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Simbolos Masonicos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La Flauta Mágica

 

Articles récents

Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire l'article
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire l'article
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire l'article
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire l'article
Paterson (3)

Paterson   Paterson (Adam Driver) est chauffeur de bus dans la petite ville  [ ... ]

Lire l'article
L-inegalite entre les sexes dans Colette et dans The wife

L’inégalité entre les sexes dans Colette et dans The wife   Colette est  [ ... ]

Lire l'article
Roma

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire l'article
Roma (2)

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire l'article
Autres articles

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...
Paterson (3)

Paterson   Paterson (Adam Driver) est chauffeur de bus dans la petite ville  [ ... ]

Lire la suite...
L-inegalite entre les sexes dans Colette et dans The wife

L’inégalité entre les sexes dans Colette et dans The wife   Colette est  [ ... ]

Lire la suite...
Roma

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
Roma (2)

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
J’ai infiltré le Ku Klux Klan

J’ai infiltré le Ku Klux Klan   États-Unis, 2018
Titre original : « Blac [ ... ]

Lire la suite...
Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019

Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019   Le 6 janvier 2019,  [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »    [ ... ]

Lire la suite...
VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français

VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français   Kalinka

 [ ... ]

Lire la suite...
« Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» (« Custodia compartida »)

«Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» («Custodia compartida [ ... ]

Lire la suite...

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (4)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Quatrième Partie)   A bigger [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (5)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Cinquième partie)   Dan [ ... ]

Lire la suite...
Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels

Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels   Tower est un d [ ... ]

Lire la suite...
La flute magique

La symbolique occulte au cinéma Symboles hermétiques dans La Flûte Magique    [ ... ]

Lire la suite...
La flute magique (2)

La symbolique occulte au cinéma Symboles hermétiques dans La Flûte Magique    [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews