Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

Les Fleurs de Shanghai

Les Fleurs de Shanghai   Splendeurs er misères des courtisanes Chinoises film [ ... ]

Leer más...

Une(S)+ Argentines et brésiliennes en état unique d’art   Tout le bâtim [ ... ]

Leer más...

 

 

Dernier Maquis


Algérie / France, 2008
Réalisation : Rabah Ameur-Zaïmeche
Scénario : Rabah Ameur-Zaïmeche
Acteurs: Salim Ameur-Zaïmeche, Sylvain Roume, Christian Milia-Darmezin
Genre : Drame
Durée : 1 h 33

Note Cinecritic
Très bon

 

Gilles Deleuze dénomme "monde originaire" celui qu'on peut reconnaître seulement " à son caractère informe, un pur fond, ou plutôt un sans-fond fait de matières non formées (…) les personnages y sont comme des bêtes... leurs actes sont préalables à toute différenciation de l'homme et de l'animal " (G. Deleuze, Cinéma I - l'Image-mouvement, Paris, Minuit, 1983, p.174).
Dans Dernier Maquis, le long métrage dirigé par l'algérien Rabah Ameur-Zaïmeche en 2008, le " monde originaire " deleuzien reste emprisonné à l'intérieur du domaine de travail. Un peu dans la ligne de L'Ange Exterminateur (1962) de Luis Buñuel, une situation apparemment contrôlée se dégrade lentement et de façon irrémédiable.
Situés dans la zone industrielle de Villeneuve-le-Roi, près de l'aéroport d'Orly, au bord de la Seine, une entreprise de réparation de palettes et un garage de camions emploient des dizaines d'immigrants maghrébins dont les vies consistent à obéir seulement aux ordres et à prier. Les droits du travail et les questions religieuses constituent précisément les sujets centraux du film.
Mao, le maître de l'entreprise, décide d'ouvrir une mosquée pour ses employés et choisit l'imam sans aucun type de concertation. Quelques ouvriers mettent en cause cette décision et commencent à prendre conscience de leur droit à la liberté d'élection. Mao utilise la religion comme une forme d'apaisement des prétentions de ses employés, de conserver leurs esprits attrapés dans des pensées qui n'ont rien à voir avec leur situation de travail. C'est par cela que dans trois instances, le passage d'un avion - un signe du progrès et de la technologie moderne - interrompt des dialogues ou des situations qui font référence aux croyances musulmanes. La première fois, on écoute hors champ le vol de la machine qui couvre complètement une conversation sur la possible vie dans l'au-delà pour ceux qui n'ont pas d'argent et de pouvoir sur ce monde ; la deuxième et la troisième fois, la caméra effectue un panoramique de l'aéronef en vol pendant l'heure de la prière. On pourrait dire que le milieu civilisé, technologique, ultramoderne vient envahir avec ses sons et images l'espace du religieux jusqu'au point de le mettre en crise, jusqu'à la limite de déifier la machine.
L'espace de travail de tonalités rougeâtres, à peine traversé par l'air et la lumière traversant les trous dans les murs de palettes, devient claustrophobe. Le conflit latent se chauffe au rouge toujours sur le point d'exploser. "Les palettes sont le cœur du film. Ce rouge, ça sautait aux yeux… La palette est la preuve éclatante du côté archaïque de tout système de production. C'est un objet qui n'a de valeur que fonctionnelle", explique le réalisateur dans une interview "Il y a un mur entre eux, mais celui-ci est percé de trous et la lumière la traverse de partout. Ça pourrait être le dernier maquis".
Derrière la berge se trouve cet autre monde, le monde réel de la modernité. Contrairement au domaine du travail, à l´extérieur les couleurs virent vers les verts et les bleus. Cette ligne imaginaire entre les deux univers est accidentellement traversée par un ragondin, une espèce exotique introduite en France à cause de son pelage apprécié. Dans un clair parallélisme avec la situation des ouvriers, le ragondin se trouve attrapé dans le garage sans aucune possibilité d'échapper par ses propres moyens. De la même manière, les Maghrébins qui travaillent dans l'entreprise n'ont pas de possibilité de surpasser sa situation sans une coopération étroite, sans prendre conscience de leurs droits. Selon le réalisateur d'origine algérienne, ces travailleurs étrangers, des ouvriers, des mécaniciens " constituent une composante importante du prolétariat d'aujourd'hui; mais ils sont souvent méconnus et exclus du processus démocratique".
Comme conclusion on peut se demander si le soulèvement populaire qui a eu lieu dans la banlieue de Paris en octobre 2005 n'a pas été peut-être le déclencheur du scénario de Dernier Maquis.


Adriana Schmorak Leijnse

dernier maquis2

dernier maquis 4

dernier maqui 3

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...
Paterson (3)

Paterson   Paterson (Adam Driver) est chauffeur de bus dans la petite ville  [ ... ]

Lire la suite...
L-inegalite entre les sexes dans Colette et dans The wife

L’inégalité entre les sexes dans Colette et dans The wife   Colette est  [ ... ]

Lire la suite...
Roma

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
Roma (2)

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
J’ai infiltré le Ku Klux Klan

J’ai infiltré le Ku Klux Klan   États-Unis, 2018
Titre original : « Blac [ ... ]

Lire la suite...
Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019

Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019   Le 6 janvier 2019,  [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (4)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Quatrième Partie)   A bigger [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (5)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Cinquième partie)   Dan [ ... ]

Lire la suite...
Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels

Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels   Tower est un d [ ... ]

Lire la suite...
La flute magique

La symbolique occulte au cinéma Symboles hermétiques dans La Flûte Magique    [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews