Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

George Segal

George Segal   Bus passangers (1997)

  Galerie Templon
30 Rue Beaubourg [ ... ]

Leer más...
David Hockney Rétrospective

David Hockney Rétrospective   Bus passangers (1997)

21 juin - 23 octobre [ ... ]

Leer más...
Wolfgang Laib - The beginning of something else

Wolfgang Laib - The beginning of something else   Laib Wolfgang - Bio

&nbs [ ... ]

Leer más...
Déjeuner sur l'herbe

Déjeuner sur l'herbe   Déjeuner sur l'herbe

  Galerie Thaddaeus Ro [ ... ]

Leer más...

 


Images - A propos du Film Socialisme


France, Suisse, 2008
Réalisé par Jean-Luc Godard
Interprété par: Catherine Tanvier, Christian Sinniger, Agatha Couture
Durée: 1 h 42 m
Date de sortie en France: 19 mai 2010

Note Cinecritic
Excelente

"Quo vadis, Europe? " est écrit sur  l´un des nombreux cartons qui sont intercalés entre les images de Film Socialisme, le dernier film, extraordinaire, inconcevable, excessif et radical de Jean-Luc Godard. Et pour nous débarrasser de la question obligée que même ceux qui l´on vu peuvent se poser, c'est à dire, "De quoi s´agit-il?", nous pouvons répondre avec la citation latine ci-dessus. Le sujet du film est le cap que le vieux continent est en train de prendre, et dont nous pouvons deviner où il nous amène. Dit ainsi, le film semble être un essai politique. Et il l'est. Mais c'est aussi un essai de Godard, et comme tel, multidimensional, multipliant les ramifications de sens et de manifestation artistique jusqu'à les pulvériser en images presque subliminales. En effet, vers la moitié du film nous percevons une image rapide, peut-être un seul photogramme, du cri de la mère sur les escaliers d'Odessa du Cuirassé Potemkin (plus tard dans  Film Socialisme nous verrons des plans entiers du film d'Einsenstein). Mais dans cette multiplicité de sens, d'essais parallèles, qui requièrent - heureusement - un spectateur attentif et intelligent, curieux, qui est respecté par Godard, je voudrais m´attarder sur  l'essai qui parle de l'image en soi- même.
Dans Film Socialisme il y a des choses, comme le dit l´un des cartons, des gens, des paroles (pas étonnant puisqu´il s´agit de Godard), du cinéma, de l´historie, des énigmes, des photos, plus de cinéma, des villes, des stéréotypes, une croisière, une station-service, une scène très tendre où un petit garçon caresse à sa mère les yeux fermé. Tout ceci est montré avec images prises grâce à tous les moyens possibles d'enregistrement d´images. Oui, aussi avec des téléphones portables. Et des caméras de photos avec lesquels on peut filmer. De la vidéo digitale HD, bien sûr. Du celluloïd, des écrans d'ordinateurs filmés (il est difficile savoir), des transferts d'archives de vidéo très comprimées (et numériquement très détériorées), comme ceux que nous voyons sur Internet. Même les différents fragments de films, qui seraient facilement de récupérer sur film original, sont montrés à travers les moyens les moins fiables. Il est intéressant de constater que Godard utilise le même type de procédé avec le son, si important dans le style du réalisateur. Des les bandes d'annonce à fin promotionnel, qui consistaient dans une condensation du film en moins que 5 minutes, ensuite en 3, 2 et 1 minutes, à la manière des réductions de Gérard Courant, s'est manifesté l'intention d'utiliser d'une manière exhaustive tous les moyens possibles d'enregistrement et de visionnement d´images. Pour renforcer cette idée, les personnages dans le film vivent des images. Ils prennent des photos, ils filment, ils sont filmés, se cachent, posent,  peignent, manipulent tout type de caméra, et se regardent dans le miroir. Miroir, spectateur - et l'étymologie n'est pas hasardeuse -, ne nous laissent pas oublier que pendant que nous regardons Film Socialisme (et le titre inclut le mot Film) nous sommes face à une manifestation (dans le sens d'un exemplaire entre tant d'autres) du dispositif Cinéma, et ce mécanisme fait que le film se constitue dans un film en particulier mais aussi dans le cinéma, et que selon nous, dans toute image enregistrée, ou mieux dit, dans tout artefact audiovisuel pour ne pas oublier le son, faisant qu'il nous reste la sensation que Film Socialisme contient tout. Nous reste la sensation que quand nous la pourrons voir en DVD, ou l'émietter sur le hachoir d'images et de sons qu'est l'ordinateur, allons trouver que de photogramme à photogramme il contient est encore plus, comme on nous a appris en géométrie qu'il y a une infinité de points dans une ligne droite (ou dans une courbe, pour généraliser et nous conformer avec nos amis pointilleux), une sorte d'espace borgien transposé au cinéma. Au CINEMA. Les Histoire(s) du cinéma, paradoxalement réalisées en vidéo, semblent contenir tout le cinéma. Film Socialisme semble contenir tout le cinéma Et le (les) vidéo(s).
 
Daniel Contarelli
Film Socialisme

 Film Socialisme

 Film Socialisme

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Pièces Détachées

Pièces Détachées Ivan, un adolescent de 14 ans et son oncle Jaime, revendeur de piè [ ... ]

Lire la suite...
Le fidèle

Le fidèle Le fidèle est un polar qui se déroule à Bruxelles. Il nous parle de gan [ ... ]

Lire la suite...
Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne   L´amant double

La rentré [ ... ]

Lire la suite...
Sorties françaises à Madrid:

Sorties françaises à Madrid: Une vie de Stéphane Brizé et Le redoutable de Michel Haza [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid:

Nouvelles sorties françaises à Madrid: " Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch et " Lumière ! L´a [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam

Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam  

Fran [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Madrid:

Films français à Madrid: L´embarras du choix, Jeanette, l´enfance de Jeanne d´Arc et Mon garço [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »    [ ... ]

Lire la suite...
VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français

VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français   Kalinka

 [ ... ]

Lire la suite...
« Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» (« Custodia compartida »)

«Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» («Custodia compartida [ ... ]

Lire la suite...

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle  [ ... ]

Lire la suite.
Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien

Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien  

Julien Rappen [ ... ]

Lire la suite.
Thomas Kruithof

Thomas Kruithof: "Le film parle des tractations entre la politique et les services secrets mais c [ ... ]

Lire la suite.
Blandine Lenoir et Agnès Jaoui

Interview à Blandine Lenoir et Agnès Jaoui, réalisatrice et actrice de "Aurore" ("50 primaveras [ ... ]

Lire la suite.
Jérôme Salle

Jérôme Salle: "Pour décoder Cousteau, il y a une clé : la curiosité"  
Jér [ ... ]

Lire la suite.
Lambert Wilson

Lambert Wilson: "Cousteau fait partie d´une génération d´égoïstes après la guerre"  [ ... ]

Lire la suite.
Michel Hazanavicius

Michel Hazanavicius: " Aux français, je dirais que ce film est un morceau de leur histoire"  [ ... ]

Lire la suite.