Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

Les Fleurs de Shanghai

Les Fleurs de Shanghai   Splendeurs er misères des courtisanes Chinoises film [ ... ]

Leer más...

Une(S)+ Argentines et brésiliennes en état unique d’art   Tout le bâtim [ ... ]

Leer más...

 


Cycles Cinecritic - Le Nouveau Cinéma Iranien - Le Ballon Blanc


Iran, 1995
Réalisation: Jafar Panahi
Scénario: Abbas Kiarostami
Acteurs: Aida Mohammadkhani, Mohsen Kafili, Freshteh Sadr Orafai.
Durée: 85 minutes

Le Ballon Blanc est le premier long-métrage du réalisateur iranien Jafar Panahi, documentaliste de renom et assistant du maître Abbas Kiarostami. Lors de son travail comme assistant dans le tournage de Au travers des oliviers  (Kiarostami, 1994) lui est venu l'idée de tourner son propre film. Il réalisera ensuite Le miroir (Panahi, 1999).
Le Ballon Blanc raconte l'histoire de Razieh, une petite fille de  7 ans qui sort de chez elle avec le but d'acheter un poisson rouge; sur le chemin elle perd son argent et à partir de là  se déclenche une recherche qui entraine Razieh dans un voyage de découvertes dans le Téhéran moderne.
Tout se déroule le long d´un jour, le 21 mars, la veille de la fête préislamique d'origine persane du Nowruz ou Nouvel An. Pour cette occasion, les Iraniens nettoient leur maison, se lavent et mettent de nouveaux vêtements; ils décorent la table avec un miroir, une bougie et des aliments blancs, puisque la lumière, le feu et la couleur blanche sont des représentations de Dieu selon le zoroastrisme, l'ancienne religion persane. Il doit aussi y avoir un bol avec des poissons rouges, car ceci symbolise le mystère et la joie de la vie. C'est avec  cette finalité décorative et religieuse que Razieh va à la recherche de son petit poisson rouge.
À partir de la Révolution Islamique de 1979, l'absence d'une presse libre a converti le cinéma dans la seule voie possible de critique politique et sociale en Iran. Les enfants sont devenus le recours le plus utilisé par les réalisateurs de la Nouvelle Vague Iranienne pour éviter la censure rigide imposée par l'Ayatollah Komehini sur des affaires religieuses et politiques. En accord avec le code islamique, une femme peut être seulement intimée, touchée ou embrassée par son mari ou par des membres de sa propre famille. Pour cela, les acteurs adultes qui jouent le rôle d'un couple ne peuvent pas se toucher à l'écran à moins qu'ils soient mariés dans la vie réelle. Ce n'est pas permis non plus de faire un gros plan sur des actrices attractives parce que l´on pourrait l'interpréter comme une incitation sexuelle. Ces règles rigides obligent les réalisateurs iraniens à réfléchir sur la vie sociale des adultes à travers des acteurs enfants.
Razieh est une petite fille mais aussi la femme iranienne, la femme qui sort de chez elle à la recherche de quelque chose et découvre un monde réservé seulement aux hommes. Cette idée a été reprise plus tard par Panahi dans Le Miroir, où une petite fille se perd dans la grande ville et appelle au secours pour retourner au foyer. Dans le fait de se perdre elle se retrouve elle même, elle grandit en faisant connaissance, en même temps, avec le monde qui l'entoure, elle cherche sa maison mais aussi sa place dans la société. Razieh vit entourée d'interdictions comme celle de parler avec des étrangers ou de se rapprocher de certains endroits.
Panahi dit de son propre personnage: " Elle a écouté encore et encore: ce n'est pas bon pour les enfants d'observer les charmeurs de serpents, auquel elle répond: 'je voulais seulement voir ce qui n'est pas bon que je regarde.' Razieh le fait parce qu'elle a le courage de le faire. " Sous un régime où tant d'interdictions  sont en vigueur, particulièrement pour les femmes, ces mots acquièrent des implications révolutionnaires. Le serpent, qui est aussi un symbole phallique qu'une métaphore de séduction féminine, ne pouvait qu´être le meilleur recours pour exprimer les tabous de la politique iranienne rigide.
Paradoxalement, le plus significatif, ce qui donne le titre au film, apparaît vers la fin: l'enfant afghan qui gagne sa vie en vendant des ballons est celui qui effectivement aide Razieh et son frère Alí. Si le récit commence à la veille du nouvel an, la fin encadre l'image congelée de l'enfant afghan solitaire hissant son ballon blanc tel qu'un drapeau.
Panahi fait référence au petit vendeur de ballons de cette façon: " A la fin du film nous restons avec lui et sa solitude le jour du Nouvel An, parce qu'il est étranger, un réfugié afghan, complètement seul dans la ville ".
Malgré les apparences, Le Ballon Blanc n'est pas un simple compte d'enfants. Une fête préislamique qui  remonte aux anciens Persans, impossible d´être abolie par le régime fondamentaliste, une petite fille, en représentation de la femme, qui montre de la détermination, de la persévérance et du courage pour sortir dans le monde à la recherche ce qu'elle désire, et un réfugié afghan solitaire accompagné seulement par le spectateur accompagne dans la dernière image, sont les instruments que Panahi a choisi pour poser une critique sociale dans ses racines les plus profondes.
 
Adriana Schmorak Leijnse
El Globo Blanco

El Globo Blanco

El Globo Blanco

El Globo Blanco

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...
Paterson (3)

Paterson   Paterson (Adam Driver) est chauffeur de bus dans la petite ville  [ ... ]

Lire la suite...
L-inegalite entre les sexes dans Colette et dans The wife

L’inégalité entre les sexes dans Colette et dans The wife   Colette est  [ ... ]

Lire la suite...
Roma

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
Roma (2)

Roma   Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-ph [ ... ]

Lire la suite...
J’ai infiltré le Ku Klux Klan

J’ai infiltré le Ku Klux Klan   États-Unis, 2018
Titre original : « Blac [ ... ]

Lire la suite...
Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019

Deux drames musicaux ont concouru aux Golden Globes 2019   Le 6 janvier 2019,  [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (4)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Quatrième Partie)   A bigger [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (5)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Cinquième partie)   Dan [ ... ]

Lire la suite...
Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels

Deux longs métrages récents basés sur des attentats réels   Tower est un d [ ... ]

Lire la suite...
La flute magique

La symbolique occulte au cinéma Symboles hermétiques dans La Flûte Magique    [ ... ]

Lire la suite...
La flute magique (2)

La symbolique occulte au cinéma Symboles hermétiques dans La Flûte Magique    [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews