Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

George Segal

George Segal   Bus passangers (1997)

  Galerie Templon
30 Rue Beaubourg [ ... ]

Leer más...
David Hockney Rétrospective

David Hockney Rétrospective   Bus passangers (1997)

21 juin - 23 octobre [ ... ]

Leer más...
Wolfgang Laib - The beginning of something else

Wolfgang Laib - The beginning of something else   Laib Wolfgang - Bio

&nbs [ ... ]

Leer más...
Déjeuner sur l'herbe

Déjeuner sur l'herbe   Déjeuner sur l'herbe

  Galerie Thaddaeus Ro [ ... ]

Leer más...

Mars - Avril 2020

 


23ª Semana de Cine de Medina del Campo


9 - 17 avril 2010

Pour la 23e année consécutive, la petite ville de Medina del Campo célèbre le cinéma pendant une semaine.
Située à 150 km au nord de Madrid, dans la province de Valladolid, Medina del Campo compte à peine plus de 20 000 habitants. Et c'est ce qui étonne en premier quand on connait la renommée désormais établie de sa Semaine de Cinéma.
Le Festival a vu le jour et continue à exister grâce à l'implication sans relâche de son directeur, Emiliano Allende, fidèlement assisté par Eduardo  López qui s'occupe de la coordination générale.
La manifestation compte plusieurs sections non compétitives de long-métrages et court-métrages, ainsi que deux sections compétitives réservées aux court-métrages : une pour les œuvres nationales et une pour les œuvres internationales. Sans oublier le concours de Video-Clips organisé par l'agence de distribution de court-métrages, Lolita Peliculitas. Et pour enrober le tout, une table-ronde, des expositions, des concerts et des projections spéciales.
Ces multiples sections offrent une très riche sélection d'œuvres cinématographiques, toutes nationalités et tous formats confondus, d'une qualité indiscutable. 30 long-métrages au total, répartis en 5 sections, 45 court-métrages et 20 vidéoclips pourront être vus par le public. C'est l'excellent film chilien La Nana de Sebastián Silva qui a l'honneur d'ouvrir les festivités, et le programme compte avec des films clés des derniers mois comme Le ruban blanc, Un Prophète ou encore l'excellent Moon de Duncan Jones.
Un des principaux atouts de la Semaine de Ciné de Medina del Campo est l'attention portée au public et aux artistes. C'est un festival très proche de ses spectateurs, qui cherche avant tout à créer un pont entre le cinéma et le public. Des films présentés en avant-premières comme " Welcome " (qui n'est toujours pas sorti en salles en Espagne) sont accessibles au public local pour la modique somme de 3€ ! Sans parler des sections de court-métrages, auxquelles l'accès est totalement gratuit. La création artistique est aussi soutenue, puisqu'un concours spécial organisé en collaboration avec Canal + récompense les 3 meilleurs projets de court-métrages en leur offrant un financement allant de 6000 € à 18 000 € pour sa réalisation, ainsi qu'une projection spéciale lors de la soirée d'ouverture de la prochaine édition du festival. Le projet gagnant de l'année dernière est le court-métrage Mi otra mitad de Beatriz M. Sanchis, œuvre décalée racontant avec humour et sensibilité une histoire d'amour entre deux jeunes un peu atypiques.
L'avantage de faire un festival dans une petite ville est que la municipalité tout entière s'investit et vit au rythme du festival pendant une semaine. L'esprit cinéma est partout, les invités du festival investissent la Plaza Mayor, ses bars et ses commerces. Et le soir tout le monde se retrouve au Café Tal pour écouter le concert spécial organisé pour l'occasion, après que les lieux aient été libérés par les kamikazes du projet " marathon pour tourner un court en un jour ".
Mais sous cette apparente sérénité se cache une sérieuse inquiétude quant à la pérennité du festival. En effet, cette année déjà le budget a été réduit de moitié. Les organisateurs ont du faire des miracles pour pouvoir maintenir les sections principales, les activités et surtout les prix en recevant moitié moins de subventions. Les 20 000 € réservés aux différents prix ont miraculeusement pu être préservés, et on s'en félicite car ils contribuent à faire du festival un événement stimulant et encourageant la création artistique, considéré comme un des plus importants pour le domaine du court-métrage. Mais les concerts traditionnellement organisés en écho au concours de clips ont été sacrifiés, et le budget réservé à l'hospitalité a aussi beaucoup souffert.
L'avenir du festival est incertain, et on ne peut que le déplorer quand on a entrevu le travail et l'implication dont il fait l'objet, et l'atmosphère qu'il crée chaque année dans cette petite bourgade de Castilla y León.

Mélanie Romat
23ª Semana de Cine de Medina del Campo

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Pièces Détachées

Pièces Détachées Ivan, un adolescent de 14 ans et son oncle Jaime, revendeur de piè [ ... ]

Lire la suite...
Le fidèle

Le fidèle Le fidèle est un polar qui se déroule à Bruxelles. Il nous parle de gan [ ... ]

Lire la suite...
Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne   L´amant double

La rentré [ ... ]

Lire la suite...
Sorties françaises à Madrid:

Sorties françaises à Madrid: Une vie de Stéphane Brizé et Le redoutable de Michel Haza [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid:

Nouvelles sorties françaises à Madrid: " Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch et " Lumière ! L´a [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam

Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam  

Fran [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Madrid:

Films français à Madrid: L´embarras du choix, Jeanette, l´enfance de Jeanne d´Arc et Mon garço [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »    [ ... ]

Lire la suite...
VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français

VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français   Kalinka

 [ ... ]

Lire la suite...
« Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» (« Custodia compartida »)

«Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» («Custodia compartida [ ... ]

Lire la suite...

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle  [ ... ]

Lire la suite.
Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien

Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien  

Julien Rappen [ ... ]

Lire la suite.
Thomas Kruithof

Thomas Kruithof: "Le film parle des tractations entre la politique et les services secrets mais c [ ... ]

Lire la suite.
Blandine Lenoir et Agnès Jaoui

Interview à Blandine Lenoir et Agnès Jaoui, réalisatrice et actrice de "Aurore" ("50 primaveras [ ... ]

Lire la suite.
Jérôme Salle

Jérôme Salle: "Pour décoder Cousteau, il y a une clé : la curiosité"  
Jér [ ... ]

Lire la suite.
Lambert Wilson

Lambert Wilson: "Cousteau fait partie d´une génération d´égoïstes après la guerre"  [ ... ]

Lire la suite.
Michel Hazanavicius

Michel Hazanavicius: " Aux français, je dirais que ce film est un morceau de leur histoire"  [ ... ]

Lire la suite.