Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

George Segal

George Segal   Bus passangers (1997)

  Galerie Templon
30 Rue Beaubourg [ ... ]

Leer más...
David Hockney Rétrospective

David Hockney Rétrospective   Bus passangers (1997)

21 juin - 23 octobre [ ... ]

Leer más...
Wolfgang Laib - The beginning of something else

Wolfgang Laib - The beginning of something else   Laib Wolfgang - Bio

&nbs [ ... ]

Leer más...
Déjeuner sur l'herbe

Déjeuner sur l'herbe   Déjeuner sur l'herbe

  Galerie Thaddaeus Ro [ ... ]

Leer más...

Mars - Avril 2020

 


Ajami


Israël, 2009
Réalisation et scénario: Scandar Copti, Yaron Shani
Acteurs: Shahir Kabaha, Ibrahim Frege, Fouad Habash, Youssef Sahwani.
Durée: 120 minutes
Date de sortie en France: 7 avril 2010

Note Cinecritic
Buena

Yaffo/Jaffa, ville intégrée à Tel Aviv, beau et millénaire, a une histoire qui conjugue les Phéniciens, les Égyptiens, les Assyriens, les Grecs, les Arabes, les Croisés, les Ottomans, les Français, les Britanniques et les Juifs. Son quartier Ajami est un lieu marginal et violent, résultat des divergences entre les Arabes et les Juifs, les Palestiniens des territoires et les Arabo-israéliens, les Arabo-catholiques et les musulmans, les policiers et les délinquants, les riches et les pauvres.
Les histoires chorales du film Ajami se décomposent en une structure avec des chapitres, tortueuse, comme un nœud apparemment inextricable: Omar (Shahir Kabaha), un jeune homme musulman menacé de mort par une querelle familiale avec un clan de Bédouins, doit réunir une somme d'argent pour sauver sa vie; Malek (Ibrahim Frege), un réfugié palestinien de Nablus qui travaille illégalement en Israël, essaie de rassembler de l´argent pour l'opération de moelle de sa mère; Binj (Scandar Copti), un Palestinien amusant et toxicomane, s'amuse avec ses amis et avec sa fiancée juive; Dando (Eran Naim) un policier juif, est troublé par la disparition de son frère dans les territoires palestiniens. Les scènes se suivent comme dans un labyrinthe, avançant et revenant sur leurs pas pour reprendre un chemin distinct.
Comme le binôme artistique Palestinien-Israélien Barenboim-Said, le film fut réalisé par Scandar Copti, un Palestinien ayant la citoyenneté israélienne, coréalisateur de Truth (Scandar Copti et Rabia Buchari, 2003) et Yaron Shani, un juif israélien, réalisateur du court-métrage Dysphoria (2004).
Ajami fut très bien accueilli par les festivals internationaux. Il fut nominé pour l´Oscar du meilleur film étranger  (au cours des dernières années, le cinéma israélien obtint des nominations pour Beaufort, Joseph Cedar, 2007 et Vals Im Bashir, Ari Folman, 2008, les deux films ayant comme sujet le conflit entre le Liban et l'Israël). Le film de Copti et Shani obtint une mention spéciale (Caméra d'Or) au Festival de Cannes 2009, de nombreux prix Ophir octroyés par l'Académie de cinéma israélien et le prix Wolgin du meilleur film au Festival de Cinéma de Jérusalem de 2009, parmi d´autres.
L'intérêt international est dut, principalement, à la répercussion qu'a généré le conflit Arabo-israélien. Mais le thème polémique du film n'est pas exclusif à Ajami. D'autres conflits de Yaffo/Jaffa, terre de rivalités, sont présentés dans Jaffa, la mécanique de l'orange (Eyal Sivan, 2009), sur les célèbres orangeraies de Jaffa et les conflits qui ont étés générés suite à leur appropriation, et Jaffa (Keren Yedaya, 2009) sur une jeune femme israélienne qui s'éprend d'un garçon arabe.
Le film est intéressant non seulement de part sa proposition thématique et idéologique, mais aussi pour ses caractéristiques formelles. La production d'Ajami évoque le néoréalisme italien. Les réalisateurs n'ont pas utilisés des acteurs professionnels, mais des habitants du quartier. Un atelier d'interprétation a été organisé et le scénario a été bâti à partir de situations de conflit suggérées. Face à ces situations, les acteurs ont réagis spontanément selon leurs idées et positions. Yaron Shani raconte:

Pour pouvoir montrer la vie quotidienne d'un policier à Ajami nous devions connaître son quotidien, c'est pourquoi je suis allé patrouiller avec eux et c'est pourquoi nous avons choisi pour ce personnage un ancien policier (1).

Pour son montage convulsif, on peut comparer Ajami à Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994) ou à Cité de Dieu (Fernando Meirelles et Kátia Lund, 2002), accusés, tout comme le film israélien, de contribuer à une esthétisation de la violence n'en exposant pas les causes particulières, mais se délectant dans la visualisation de sanglants assassinats. Néanmoins, Ajami ne se contente pas de montrer différents actes criminels -toujours d'une manière sobre, simulant le documentaire-, mais raconte la vie des personnages, leurs relations familiales, leurs espérances et leurs insuffisances. Le film s'éloigne de la division manichéenne entre les bons et les méchants, les victimes et les criminels pour chercher l'humanité de chaque personnage, ses raisons et ses circonstances.
Ajami signifie en Arabe, étranger. Mais Ajami n'est pas seulement un film sur le conflit particulier entre Arabes et Israéliens. Il est, aussi, le conflit universel de l'incompréhension de l'Autre, de ce qui est différent, de la négation de leurs désirs et de leur humanité.
 
Lucía Rud

1 -  http://www.elcultural.es/noticias/CINE/342/Ajami-_Israel_deconstruido
Ajami

Ajami

Ajami

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Pièces Détachées

Pièces Détachées Ivan, un adolescent de 14 ans et son oncle Jaime, revendeur de piè [ ... ]

Lire la suite...
Le fidèle

Le fidèle Le fidèle est un polar qui se déroule à Bruxelles. Il nous parle de gan [ ... ]

Lire la suite...
Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne   L´amant double

La rentré [ ... ]

Lire la suite...
Sorties françaises à Madrid:

Sorties françaises à Madrid: Une vie de Stéphane Brizé et Le redoutable de Michel Haza [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid:

Nouvelles sorties françaises à Madrid: " Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch et " Lumière ! L´a [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam

Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam  

Fran [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Madrid:

Films français à Madrid: L´embarras du choix, Jeanette, l´enfance de Jeanne d´Arc et Mon garço [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »    [ ... ]

Lire la suite...
VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français

VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français   Kalinka

 [ ... ]

Lire la suite...
« Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» (« Custodia compartida »)

«Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» («Custodia compartida [ ... ]

Lire la suite...

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle  [ ... ]

Lire la suite.
Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien

Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien  

Julien Rappen [ ... ]

Lire la suite.
Thomas Kruithof

Thomas Kruithof: "Le film parle des tractations entre la politique et les services secrets mais c [ ... ]

Lire la suite.
Blandine Lenoir et Agnès Jaoui

Interview à Blandine Lenoir et Agnès Jaoui, réalisatrice et actrice de "Aurore" ("50 primaveras [ ... ]

Lire la suite.
Jérôme Salle

Jérôme Salle: "Pour décoder Cousteau, il y a une clé : la curiosité"  
Jér [ ... ]

Lire la suite.
Lambert Wilson

Lambert Wilson: "Cousteau fait partie d´une génération d´égoïstes après la guerre"  [ ... ]

Lire la suite.
Michel Hazanavicius

Michel Hazanavicius: " Aux français, je dirais que ce film est un morceau de leur histoire"  [ ... ]

Lire la suite.