Connexion

Lettre d'information

Tous les Festivals

George Segal

George Segal   Bus passangers (1997)

  Galerie Templon
30 Rue Beaubourg [ ... ]

Leer más...
David Hockney Rétrospective

David Hockney Rétrospective   Bus passangers (1997)

21 juin - 23 octobre [ ... ]

Leer más...
Wolfgang Laib - The beginning of something else

Wolfgang Laib - The beginning of something else   Laib Wolfgang - Bio

&nbs [ ... ]

Leer más...
Déjeuner sur l'herbe

Déjeuner sur l'herbe   Déjeuner sur l'herbe

  Galerie Thaddaeus Ro [ ... ]

Leer más...

Mars - Avril 2020

 


Guerre de paroles Frost/Nixon


États-Unis, 2008
Réalisation: Rhum Howard
Acteurs: Frank Langella, Michael Sheen, Kevin Bacon, Oliver Platt.
Durée: 122 minutes

Note cinecritic
Regular

Avec cinq nominations à l'Oscar, meilleur film, meilleur directeur, meilleur acteur pour Frank Langella, meilleur scénario adapté pour Peter Morgan, et  meilleur montage pour Mike Hill et  Donnent Hanley,  a eu lieu à Buenos Aires la première de Frost/Nixon.
Ce fait ne surprend pas trop, vu que son réalisateur, l´Américain Rhum Howard, a déjà gagné plusieurs Oscars avec Un esprit brillant (2001) et a été nominé pour Apollo XIII (1995). Au-delà des prix gagnés et pas gagnés, le réalisateur a laissé sa marque avec des titres comme Splash (1984), Cocoon (1985),  Willow (1988), et plus récemment Le code Da Vinci (2006), avec lesquels il a pris sa place dans l'industrie hollywoodienne.
Dans le cas de Frost/Nixon Howard a réalisé une adaptation au grand écran d'une pièce de théâtre écrite par Peter Morgan, qui elle-même est basée sur une série d'entretiens que le présentateur de TV britannique David Frost a eus avec l'ancien président nord-américain Richard Nixon en 1977, suite au scandale de Watergate. Ainsi, le film est une adaptation d'une œuvre théâtrale basée sur des faits réels. Cette allusion à des circonstances historiques réelles a généré des critiques vis-à-vis de la fidélité ou non fidélité aux faits historiques. Divers biographes de l'ancien président se sont déclarés en faveur ou contre le film.
Au-delà du fait fondamental que le film soit basé sur des événements et des personnages réels, le film s´appuie sur la guerre verbale que la rencontre entre Frost et Nixon a généré, sur la joute de paroles acides et le suspense et l'anxiété qu´il produit chez le spectateur qui veut connaître le dénouement de l'histoire, savoir qui, et, surtout, comment quelqu´un, va finalement "gagner" cette bataille. "An epic battle for the truth" est le sous-titre des affiches du film ("une bataille épique pour la vérité "), soulignant que Frost/Nixon est la mise en scène d'un duel jusqu´à la mort entre ces deux personnages. Qu'ils sont inspirés des personnes réels que sont Nixon et Frost est clair, mais ils pourraient tout aussi bien être des personnages simplement imaginées, vu qu´in fine ce qui est intéressant dans le film est la découverte de qui des deux est le meilleur orateur, qui est capable de laisser sans paroles son adversaire. Tenant compte que le public sait déjà ce qui succéda entre le Frost et le Nixon de la vie réelle, ou qu'il peut le savoir s'il se donne la peine de le vérifier, l'axe central réel du film semble être plus la bataille entre spécialistes du débat que le portrait d'un événement historique. Le dialogue est projeté presque comme un concert de monologues, dans lequel aucun des deux est vraiment intéressé d´écouter l'autre sauf pour y tirer une parade pour atterrir son adversaire. De cette façon, la guerre de paroles est littérale, et des phrases comme "tu fus un digne adversaire"  apparaissent à tout va.
Le fait de mettre en scène le film comme un duel de questions et réponses dans lequel se mesurent le talent des deux opposants à mettre l´autre dans une mauvaise posture, se base en partie sur le thème de prise de décisions politiques concrètes et  de questions idéologiques. La "politique" en fait est réduite à la capacité de répondre diplomatiquement à toute chose, esquivant avec élégance des questions incommodes. Le film se focalise aussi, de cette façon, sur le sujet  du succès professionnel: il montre comment chaque personnage essaie de "battre" son adversaire avec les outils que lui offre sa formation. Frost de par sa carrière de journaliste est spécialiste en questions. Nixon avec sa carrière politique est devenu expert de justifications délirantes.  Mais les deux, de toute façon, sont entourés par des équipes d'assistants leurs donnants des conseils et des suggestions, ce par quoi il est clairement montré jusqu´à quel point un politicien et un présentateur de TV peuvent être des personnages construites. 
Tenant en compte que le film se focalise sur le concept de bataille, il est intéressant voir quelle sorte de bataille est proposée. La "epic battle" du sous-titre ni plus ni moins est  "for the truth", c'est à dire, "pour la vérité", concept pour le moins complexe, mais qui ne semble pas produire de grandes mises en question dans le film. Frost et ses gens sont persuadés de ce qu´est la vérité, et le but est de faire en sorte que l'ancien président l'admette. Ainsi, arriver à la dite vérité est associé à l'idée de confession de la part de Nixon: ce que Frost et compagnie cherchent est que l'ancien président assume ses actions et qu´il admette ses erreurs face au peuple américain. C´est ici qu´entrent en jeu les profils polarisés des personnages.
D'un côté, nous avons ceux qui recherchent que Nixon avoue, et qui sortent finalement comme "gagnants" de la bataille. La nouvelle d´un tel succès se propagera rapidement et leur ouvrira les portes à d'autres événements heureux: récupération de programmes de TV qu'ils croyaient perdus pour toujours, récupération d'amis et d´associés, la première page de revues, des  gains immenses, de multiples félicitations, des fêtes où le champagne coule à flots. Arriver à la vérité implique évidemment une récompense: après tant de travail et tant de risques, Frost investit son propre argent dans le projet des entretiens, l'équipe des enquêteurs obtient son happy end.
De l'autre côté, il y a Nixon et son équipe d'assistants, à qui reste seulement la mélancolie ou un sentiment de culpabilité après les entretiens. De l'ancien président on nous dit qu'il "n'a  jamais récupéré" tout en le montrant seul et pensif, regardant l'horizon un soir au bord de la mer (une tentative de métaphore sur le couché du soleil de sa vie et sa trajectoire politique). De son assistant nous savons seulement "Les entretiens?... je ne les ai pas vu, je n´ai pas pu".
Ainsi  Frost/Nixon offre une histoire rondelette, dont ni le début, ni le corps, ni la fin ne surprennent beaucoup le spectateur. Ou peut-être que oui jusqu´à un certain point: le "corps"  est constitué de suspense et de  phrases ingénieuses qui par moments attrapent notre attention. Mais globalement le film est très prévisible; avec tant de bons, de méchants  et de vérités à découvrir il n'est pas difficile de s´imaginer comment tout ça va se terminer… Par ailleurs, il n'y a rien d´autre que l´histoire dans ce film tout à fait traditionnel, qui ne met en évidence aucune recherche esthétique très profonde au-delà de la reconstruction des années 70 très réussie.
En résumé, peut-être que Frost/Nixon réussit que le spectateur passe un moment plus ou moins agréable, mais certainement pas inoubliable. Au delà du festin verbal le film a peu de moments intéressants, et  les plus de deux heures se font longues.

Soledad Pardo
Frost/Nixon

Frost/Nixon

Frost/Nixon

Choisir votre langue

Toutes les cinécritiques

Pièces Détachées

Pièces Détachées Ivan, un adolescent de 14 ans et son oncle Jaime, revendeur de piè [ ... ]

Lire la suite...
Le fidèle

Le fidèle Le fidèle est un polar qui se déroule à Bruxelles. Il nous parle de gan [ ... ]

Lire la suite...
Une affaire de famille

Une affaire de famille   Osamu et son fils Shota recueillent une petite fill [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
Wonder Wheel (La Roue Magique) (3)

Wonder Wheel (La Roue Magique)  

L’histoire de « Wonder Wheel » a pour  [ ... ]

Lire la suite...
At Eternity’s Gate

Van Gogh. En el portal de la eternidad   Lors de l’année 1888, après avo [ ... ]

Lire la suite...

Articles de fond

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne

Les sorties françaises de la rentrée en Espagne   L´amant double

La rentré [ ... ]

Lire la suite...
Sorties françaises à Madrid:

Sorties françaises à Madrid: Une vie de Stéphane Brizé et Le redoutable de Michel Haza [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid:

Nouvelles sorties françaises à Madrid: " Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch et " Lumière ! L´a [ ... ]

Lire la suite...
Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam

Nouvelles sorties françaises à Madrid: Le fidèle de Michaël Roskam  

Fran [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Madrid:

Films français à Madrid: L´embarras du choix, Jeanette, l´enfance de Jeanne d´Arc et Mon garço [ ... ]

Lire la suite...
Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »

Films français à Pâques: « Barbara», « La villa» et « Le brio »    [ ... ]

Lire la suite...
VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français

VOD (Vidéo à la demande): Sortie en avril de deux films français   Kalinka

 [ ... ]

Lire la suite...
« Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» (« Custodia compartida »)

«Les grands esprits» (« El buen maestro») et «Jusqu´à la garde» («Custodia compartida [ ... ]

Lire la suite...

«Le semeur» («La mujer que sabía leer ») de Marine Francen  

"Le se [ ... ]

Lire la suite...

«L´atelier» («El taller de escritura») de Laurent Cantet  

"L´atelier"  [ ... ]

Lire la suite...
«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Nicolas Silhol

«Knock» («El doctor de la felicidad ») de Lorraine Lévy et « Corporate » de Ni [ ... ]

Lire la suite...
«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay

«Normandie nue» («Normandía al desnudo») de Philippe Le Guay  

"Normandi [ ... ]

Lire la suite...

«Numéro Une» («La número uno ») de Tonie Marshall
    Le der [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (1)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Première Partie)   Alexander [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (2)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Seconde partie)   Agora  [ ... ]

Lire la suite...
L’influence des arts plastiques dans le cinéma (3)

L’influence des arts plastiques dans le cinéma (Troisième partie)   El gran  [ ... ]

Lire la suite...

Tous les interviews

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle

Ivan Calbérac: L´étudiante et M. Henri est une comédie profonde, touchante et universelle  [ ... ]

Lire la suite.
Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien

Julien Rappeneau: Rosalie Blum est un film qui fait du bien  

Julien Rappen [ ... ]

Lire la suite.
Thomas Kruithof

Thomas Kruithof: "Le film parle des tractations entre la politique et les services secrets mais c [ ... ]

Lire la suite.
Blandine Lenoir et Agnès Jaoui

Interview à Blandine Lenoir et Agnès Jaoui, réalisatrice et actrice de "Aurore" ("50 primaveras [ ... ]

Lire la suite.
Jérôme Salle

Jérôme Salle: "Pour décoder Cousteau, il y a une clé : la curiosité"  
Jér [ ... ]

Lire la suite.
Lambert Wilson

Lambert Wilson: "Cousteau fait partie d´une génération d´égoïstes après la guerre"  [ ... ]

Lire la suite.
Michel Hazanavicius

Michel Hazanavicius: " Aux français, je dirais que ce film est un morceau de leur histoire"  [ ... ]

Lire la suite.